Chroniques épiques des Héros d'acier ...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Flashback : le temps de se dire les choses

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Maître des cendres
avatar

Nombre de messages : 539
Age : 36
Date d'inscription : 22/04/2007

Feuille de personnage
Archétype légendaire: Barde onirique des questeurs de cendre
Vitalité / Fatigue:
1000/1000  (1000/1000)
Citation: laissez moi vous narrer le terrible et glorieux destin des héros d’acier ...

MessageSujet: Flashback : le temps de se dire les choses   Mar 26 Juin - 15:10

c'était 2 semaine avant votre arrivée, vous étiez face a la mer? frappé par les éclats fugace du soleil qui venaient se refléter dans les derniers bloques de glace échappée de la banquise nord ...

Un souvenir d'échange, un souvenir de paix fugace bercé par les embruns ...

que vous êtes vous dit a ce moment la ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iron-resurection.forum2jeux.com
Erick Vorhaken
Champion d'acier
avatar

Nombre de messages : 195
Date d'inscription : 24/04/2007

Feuille de personnage
Archétype légendaire: Le champion d’acier
Vitalité / Fatigue:
190/190  (190/190)
Citation: Le devoir nécessite parfois les plus grands sacrifices

MessageSujet: Re: Flashback : le temps de se dire les choses   Ven 29 Juin - 14:52

Théophane finit de tracer les runes d’abjuration croisées dans un entrelacement complexe. La forte instabilité de la magie le forçait à un degré de perfection proche de l’obnubilation. Il avait recommencé une bonne cinquantaine de fois leurs dessins, chacun différent de l’autre de quelques inclinaisons subtiles qui seraient autant de canaux destinés à canaliser le flux de la magie et lui éviter l’empreinte corruptrice qui était le lot des siens. Il touchait au but mais il lui faudrait encore répéter son geste un millier de fois jusqu’à ce que ce tracé parfait devienne sien, aussi fluide et naturel qu’une respiration, afin que lors du lancement du rituel il puisse se confronter à l’empreinte maléfique à moindres risques. Il était plutôt satisfait de son idée, une bague qui permettrait à Lihin de ressentir les présences dans les plans environnants, même sans se concentrer. Il lui avait fallu un moment avant de trouver quel cadeau pourrait lui être utile, elle qui pouvait déjà tant et qui était entourée de gens aux pouvoirs si incroyables, mais à défaut de puissance, il savait pouvoir compter sur son astuce et ses capacités de réflexion. Il était un arcaniste dédié à la plume et au savoir, pas vraiment un aventurier, et sa présence aux confins du multivers lui apparaissait comme une fable incroyable, un canular où il n’avait pas sa place. Pourtant il était là et n’aurait donné sa place pour rien au monde.

Lihin.
Il soupira et laissa ses pensées voguer au fil de ses sentiments pour son incroyable amante, sa douceur cachée, sa fragilité, son caractère rebelle et pourtant si tendre lorsqu’elle le voulait et son corps de rêves…les courbes fascinantes de ses hanches… ses seins si délic… Théophane ! Tu travailles là, voyons.

Il se leva pour se désaltérer et se remit à son étude.

Non, Lihin n’était pas la seule raison à son contentement. Il accomplissait ici un acte fondamental, lié à la destinée du multivers tout entier. Qu’importe qu’il ne soit que l’homme qui alimente le spelljammer, le charbonnier. Il pourrait dire plus tard « J’ai côtoyé ces hommes à nul autres pareils : le capitaine Vorhaken à côté de qui les plus abruptes murailles de granit semblent des feuillets de papier incapables de protéger qui que ce soit, la terrible Lihin, princesse d’ombres et de lumière, cynique et rebelle, incisive comme une lame d’obsidienne, la glorieuse Tora, Reine inégalable du peuple nain, fourneau de puissance où brulent la quintessence des éléments primordiaux, Aldaron le résurrecteur, purificateur de mondes et chevalier sage de la vie. » Oh oui, il était satisfait d’être sur ce navire, aux confins d’un monde prison, à faire face à tous les dangers. Il était juste un peu irrité de n’être vu que comme un être faible à protéger. Bien sûr il ne pouvait comparer ses capacités aux Incarnats du destin mais il connaissait ses limites et ses capacités. Ne pas être aussi puissant ne signifiait pas être incapable de quoi que ce soit. Lihin prétendait qu’il voulait en faire de trop, qu’il était subjugué et incapable de prendre la bonne décision du fait de l’influence qu’elle exerçait sur lui. Cela surtout l’irritait ! Il était fier de sa capacité d’analyse, de la raison qui l’habitait et lui permettait de ne faire que les bons choix, ceux qui lui permettaient de se sortir de situations où il était dépassé. Ho bien sûr, il devait avouer que l’effet combiné de cette nouvelle armure et du magnétisme subjuguant de son amante lui avait été fatal mais Protecteur lui avait bien expliqué que l’armure possédait une puissance psychique phénoménale que lui-même ressentait et contre laquelle il devait luter. Alors si des êtres aussi formidables que les Incarnats y étaient sensibles, il était légitime qu’il ait ressenti une telle impuissance face à celle qui était déjà la Dame de ses rêves.

A la fois par bravade et aussi pour prouver ce dont il était capable, mais également en signe de ses sentiments, il voulait faire ce don à Lihin, cet anneau pour la protéger. Un cadeau fort simple, à la hauteur de ses capacités mais qui pourrait l’aider et le rappellerait à elle. Il se sentait embarrassé par avance à l’idée de devoir lui proposer une bague mais il n’était pas responsable de la forme que devaient prendre les runes pour s’activer. Lui passer la bague au doigt allait s’avérer une tâche ardue et il savait par avance qu’il allait bafouiller et se montrer maladroit. Un symbole aussi fort était déplacé à l’heure actuelle. Ils avaient beau voyager ensemble depuis des mois, ils étaient restés fort longtemps des étrangers et sur ce point au moins il devait donner raison à Lihin : ses sentiments étaient fortement influencés par son statut de quasi divinité. Il devait se rappeler sans cesse que leur naissance était le fruit d’une sincère émotion, d’une compassion réelle pour cette âme si seule qui avait pourtant été si prompte à donner. Il devait séparer sans cesse ce qui relevait de l’influence ou du cœur et une telle tâche l’épuisait par ce qu’elle remettait en question le réel pour le ternir de faux semblants. Lihin était devenu sa muse, son inspiration, son égérie, la source violente et intarissable de ses rêves. Il pouvait la voir et la toucher même en dormant. Il l’avait dans la peau. Mais il savait que cela était faux. Comme un drogué en manque, il aspirait en tremblant à sa dose tout en sachant bien qu’elle n’était qu’illusion et faiblesse. Voilà pourquoi il chérissait d’autant plus ces moments où elle était apaisée, les signes de son inhumaine perfection gommés. Il pouvait alors se rappeler qu’il était homme et elle tendresse, que ses sentiments étaient nés sincères et non dans la fascination. Il ne se faisait pas d’illusions, leur relation ne serait sans doute qu’une aventure mais il la voulait aussi riche et tendre que possible, humaine et réelle au milieu de toute cette folie divine. Et son cadeau serait cela : le geste d’un homme pour son aimée, un don terrestre pour une semi divinité, risible ou terriblement symbolique en fonction du point de vue.

Il avait voulu se rapprocher un peu du terrain, voire de ses yeux combattre Igor, son protégé dont il était si fier, ou être présent pour le jour où elle aurait besoin de lui. Mais elle s’y était opposée. Bien sûr, cette décision-là, il la comprenait. Il n’est restait pas moins une certaine blessure à son égo qui le motivait d’autant plus à effectuer une réalisation qui n’appartiendrait qu’à lui.

Théophane soupira.

« La victoire est dans les détails », murmura-t-il.

C’était sa faculté à prendre en considération les détails qui lui permettait de voir ce que les autres ne voyaient pas : les capacités d’Igor, la fragilité de Lihin, la féminité naissante de Tora, l’affection d’Eric, les doutes d’Aldaron. Il fallait que cet esprit permette de faire le bon choix entre tous et cette bague lui semblait appropriée : avec son changement d’affiliation divine Paradoxe avait perdu grandement en maitrise sur les Ténèbres et cette affaiblissement dans l’affinité planaire la rendait certainement plus vulnérable et surtout moins consciente de cette vulnérabilité.

Ce qui l’ennuyait, c’était le fait qu’elle ne comprendrait probablement pas son geste. Elle n’y verrait que l’agitation d’un homme subjugué qui mettait sa vie en danger pour elle. Bien sûr qu’il l’était ! Mais il prenait un soin d’autant plus grand à faire la part des choses, malgré son cœur chantant dans sa poitrine. Et il était sur d’un fait : il était dans ce bateau pour une raison qui dépassait Lihin même : assister à la résurrection de l’Un et contempler la fin ou le renouveau de toutes choses. Alors comment faire ? Comment la convaincre ? Peut-être était-ce chose impossible mais s’il perdait ses moyens face à elle, la plume lui laisserait le temps de mieux formuler ses idées.

« Sublime Lihin, étoile de mes nuit
« Paradoxe, ma chère Incarnat

Citation :
« Ma tendre Lihin,

Nul doute que lorsque tu finiras ces lignes tu éprouveras une certaine irritation à mon égard que j’espère teintée d’affection. J’ai réfléchis, depuis que j’ai retrouvé un peu de cette faculté de raisonnement que je perds si aisément en ta présence ; sans parler même de lorsque tu revêts cette armure ; qu’il était des moments ou un homme digne de ce nom devait taper du poing sur la table et s’affirmer dans ses convictions. Cette indignation je la veux couchée par écrit afin que les mots s’y trouvent gravés et te parviennent malgré tes regards inquiets qui savent si bien me faire résoudre au mutisme. Si tu es subjuguante, et cela j’en conviens volontiers, je veux revendiquer comme mienne la décision de vous accompagner et de vous assister, dans la mesure de mes moyens, à lutter contre vos terribles ennemis. Sans me voir chevalier en première ligne, ou mage époustouflant capable de renverser une bataille, il était mon souhait de vous accompagner jusqu’au moment final. Après avoir tempêté en mon sein, je me rends pourtant à tes craintes car je te veux libre de toute inquiétude lorsque tu devras agir. Je resterai donc, moi, dans le doute car c’est le rôle de l’homme dans un couple de faire face aux difficultés et de protéger son aimée! Et tandis que tu sauveras le multivers je resterai donc dans la dure et froide incertitude.

Oui, une pointe de mélodrame me semblait opportune avant de t’annoncer ma résolution. Tu trouveras au bas de cette lettre un anneau magique, réalisé par mes soins, qui te rendra sensible aux présences extra planaires. Il est de ma décision de ne pas t’avoir avertie de ce projet car tu l’aurais empêché. Oui, je sais bien que la corruption prélèvera son dû, mais je sais aussi que tu as besoin de cette protection plus que tu ne le crois car la Ténébreuse sera tapie tout au long de ta route. Considère aussi qu’il s’agit d’un acte de rébellion de ma part contre ta sublime autorité !

L'anneau est consitué des 9 métaux élémentaires gravés de 9 runes entrelacées telles des dragons lovés. J'ai acquis au cours de cette réalisation cette certitude que si les 9 entrelacés, battent à l'unisson, alors le chemin sera révélé.

Si tu es prête à me pardonner…ou à ne pas être trop fâchée, tu me trouveras dans ma cabine, un diner prêt nous attendant de mets aussi doux que j’ai pu réunir et préserver au cours de ce long voyage. J’ai peut-être même une bouteille de vin dissimulée quelque part et quelques idées très précises de l’usage que je pourrais faire de mes doigts d’écrivain.

Tendrement,
Théophane »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Flashback : le temps de se dire les choses
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» C'est peut-être le temps de vous dire au revoir...
» TU SAIS, TU DEVRAIS DIRE LES CHOSES CLAIREMENT. || LUFFEN.
» Un Temps pour chaque chose:Le Choix Judicieux
» "Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices ! ..."{Frédérick & Milena}
» Excuses ou conflit ? Un temps pour chaque choses. [Asté...]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Iron-resurection :: Chroniques des héros d'acier :: Roleplay :: Autour du feu-
Sauter vers: