Chroniques épiques des Héros d'acier ...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les aventures épiques de nos héros

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Lihin Cen Omen
Scribe des cendres
avatar

Nombre de messages : 336
Date d'inscription : 23/04/2007

Feuille de personnage
Archétype légendaire: Medecin de bataille
Vitalité / Fatigue:
150/150  (150/150)
Citation: Les dieux sont sourds à nos prières depuis peu. Mais leurs servants avaient anticipé et font cela depuis des siècles...

MessageSujet: Re: Les aventures épiques de nos héros   Jeu 8 Avr - 18:37

Part 22 : Entre l'inhumain et le surhumain, il me reste peu de place pour être humain (Frank Herbert, L'Empereur - Dieu de Dune).

S'il était vrai que le Destin eut décidé de poser les yeux sur nous par le truchement de ses représentants les plus directs, les incarnats, faisant de nous la relève en la matière , force était de reconnaître que nous avions eu peu de temps pour en éprouver les changements. Et pourtant, nous n'étions plus les mêmes, Erick, mentaliste et servant d'Enoïa, le Mystère, décida de nous emmener via le rêve, dans le temple d'Enoïa pour nous y révéler les mystères de notre nouvelle condition. Sous l'emprise de poudre d'Oniros, nous pénétrâmes oniriquement dans un temple immense, avec des colonnes se répliquant de salle en salle, des étoiles pour seul plafond, et un puits au centre de chaque pièce, le puits de la connaissance. Face à chacun d'entre nous, un symbole, celui nous représentant, mais partiellement indéfini, comme si des choix restaient à faire.

Alors, chacun à notre tour, nous pénétrâmes tous ensemble dans le temple de chacun d'entre nous, révélant nos secrets les plus intimes, sans plus rien cacher à nos camarades.
Je me garderais d'exprimer pour eux ce que le temple de chacun exprimait, illustrait, révélait. Ils n'ont probablement pas envie que leur intimité soit dévoilée dans ce journal, si des tiers étaient amenés à le compulser un jour.

Je me contenterais, dans un élan narcissique (vous commencez à avoir l'habitude, non ?) si féminin et typique de ma personne, de vous parler du mien. Pas tant pour vous révéler ce que je n'ai pas envie de vous dire, que pour vous montrer ce que les autres ont pu avoir à voir, et peut-être à craindre.

Qu'est-ce qui se cache derrière ce ton moqueur, cynique et venimeux que vous lisez depuis déjà quelques heures ? Si un destin funeste devait m'arriver, peut-être ce passage aidera à comprendre qui fut, un jour, Lihin Cen Omen.


Autour de mon temple, de multiples réalités, se créaient et étaient détruites dans l'instant, perpétuellement, et plus nous approchâmes du centre, plus leur nombre croissait. Vers le centre, couche après couche, les différentes identités, apparences et masques divers que je pouvais arborer s'effeuillaient, pour cacher une Lihin Cen Omen au centre, nue, vulnérable, dans toute son effrayante sincérité. Le pire peut-être, c'est que je suis fière de ce que je suis, comme un défi à l'égard de la vie qui m'a faite ainsi. Comme, ultime ironie, une volonté de faire face au Destin en lui disant, lui qui m'a choisie pour le représenter, qu'aussi lourd pouvait être la vision de la vie qu'il ma façonnée, je l'arborerais avec fierté.

=> Besoin de l'aval du MJ, mais sinon, pas logique que je mette le passage suivant : est-ce que tu m'autorises ? Ca me parait sympa de mettre une partie du background du perso qui a été révélé et qui n'est pas destiné à rester secret jusqu'à la fin entre le MJ et le joueur. ACCORDé[Le passage qui suit, grâce à un rituel spécial réalisé par Erick, est frappé du Voile du mystère. Seuls ceux qui sont sensés pouvoir accéder à cette connaissance peuvent le lire. Pour les autres, il apparaît comme si l'encre avait été effacée par un séjour prolongé dans l'eau]

Sur un champ de bataille, je me fais passer pour un médecin de guerre. Au sein de la haute société, je me fais passer pour une noble courtisane. Dans le milieu religieux, je deviens exécuteur solaire, un ordre secret formé depuis la guerre des Sangs, rattachée à l'inquisition afin de chasser les ennemis de la foi, tantôt chassant des hérétiques, tantôt traquant les cultes interdits, arborant pour ce faire le masque blanc à larme d'or des inquisiteurs de Leto. Toutes ces identités servent à en masquer une : je suis assassin royal, aux ordres directs de l'Empereur Dorimar IV lui-même. Celle qui exécute ses ordres personnels, je suis son ombre, et il est mon unique supérieur. Je suis l'une des rares connaissant autant les secrets se tapissant derrière les murs du palais, et beaucoup des choses qu'ils impliquent. Le serment sacré du silence m'a en conséquence été apposé.
Au fur et à mesure que les couches s'effeuillent, une Lihin de plus en plus nue semble à présent distincte au milieu du temple.

Assassin royal n'est qu'une couverture de plus. L'ultime secret, celui pour lequel j'ai juré de tuer quiconque l'apprendrait, est celui de mon ascendance. Seules quelques rares personnes, moins de dix probablement, savent que je suis héritière des Karnor, et ai hérité de la bénédiction de mon sang, celui d’être lié à l’Ombre. Par cela, je suis attachée à l’ancien compagnon de voyage de mon ancêtre Malik de Karnor, héros de la bataille des cieux. Je suis officiellement Lady de Karnor.
Ma famille a hérité de la difficile tâche de garder le sanctuaire de la Mort, et si je ne suis pas moi-même Gardienne, j'ai la tâche de garder secrète l'existence du culte interdit d'Eurynome au sein de l'Empire. Je suis marquée par la déesse, pour le meilleur et pour le pire... Et, loin de me sentir contrainte, c’est un héritage que j'embrasse avec ferveur et conviction. Si je ne suis pas prêtresse d'Eurynome, c'est mon devoir que de la servir, et envoyer des gens vers elle est une bénédiction que je leur accorde. Notre passage dans le monde des vivants n'est qu'une étape "imparfaite", et pour chaque être tombé sous ma lame, vous m'aurez vu murmurer "Qu'Eurynome te bénisse".

Mais ça n'est pas encore mon secret le mieux gardé.

Je suis Lihin Cen Omen. C'est l'inverse de Nemo nec nihil, littéralement en latin, personne ni rien. Derrière mon nom se cache mon identité, je ne suis rien ni personne. Je peux être bien des choses et bien des gens. Bien sûr, ça n'est pas mon véritable nom, mais c'est celui qui me représente le mieux.
Je suis Sheena de Karnor. Tel est mon vrai nom. Rares sont ceux à l'avoir jamais appris, et seuls ceux qui en avaient le droit vivent encore pour en témoigner…

Au milieu du temple se tient Lihin, intégralement nue, et elle sourit. Un sourire qui ne semble pas cacher de sous-entendus ou de demi-teinte, mais qui respire la sincérité, et, plus étonnant, le soulagement…

Pour moi, un monde idéal aurait été un monde qui n'existe pas pour les hommes ou pour les peuples. C'est un monde stable, sans mouvement, sans changement... Tout le chaos de cette existence n'a pas de sens, de but, et la vie dans ces mondes n'en a pas plus. Le néant est le vrai idéal. Je ne vous demande pas d'en débattre, d'être en accord ou en désaccord avec moi. Je vous demande juste, si vous m'acceptez comme une des vôtres, de m'accepter comme je suis, et d'accepter que ceci soit ma perception des choses. C'est un fait.

A contrario, dans notre monde, où le changement et la vie sont des forces motrices, les règles sont bien différentes. C'est le changement, le mouvement, les modifications qui permettent aux choses d'évoluer vers une future stabilité que notre monde atteindra peut-être un jour. C'est mon point de vue. Pour créer ces changements, il faut des ruptures, des cassures. La force du changement est le chaos. Il existe des forces de l'ordre qui se fourvoient en essayant de créer une stabilité imposée et artificielle. Au contraire des forces de l'ordre, je suis, et demeure, un agent des forces du chaos. Je crois en le néant, je sers la Mort, et j'embrasse Erikto, le Chaos.

Vous réalisez que ce fardeau qu'elle porte depuis si longtemps a dû être extrêmement pesant, qu'elle n'a jamais pu en parler à quiconque, et que c'est probablement la première et la seule fois où elle se confie ainsi à quelqu'un. Comme si partager sa condition avec vous la soulageait d'un poids. Pourtant, derrière ce sourire, une lueur d'inquiétude dans le regard. Elle semble préoccupée, comme si un doute subsistait. Et si, malgré la confiance qu'elle a en vous, pour vous révéler cela, vous ne l'acceptiez pas telle qu'elle est vraiment ? Son visage semble un instant arborer des traits presque enfantins, avec toute la naïveté d'un enfant qui ne se méfie pas en révélant quelque chose de secret. Elle croise le regard d'Erick, dur et froid comme de l'acier, presque réprobateur, face à ses yeux si candides. Son expression se referme, et cette apparence de naïveté disparaît. Elle retrouve le visage et les manières de quelqu'un qui vient de remettre son armure pour aller au combat. Vous avez le sentiment que vous ne reverrez jamais plus cette expression sur son visage, comme si elle se mordait les doigts d'un instant d'égarement.

Pourtant, je suis un incarnat du Destin. Pourquoi le Destin aurait-il choisi une aussi mauvaise représentante que moi ?
Je vais vous dire mon sentiment. Dans le destin des peuples, il y a l'espoir. C'est le socle, le fondement de la destinée des peuples, leur capacité à décider pour eux-mêmes de ce que sera l'avenir. C'est l'espoir qui les guide.

J'incarne cet espoir. Tous, vous êtes convaincus du bien-fondé de sauver les peuples. Je n'ai pas votre foi. Mais je me nourris de votre espoir, envers les peuples, et de votre espoir en moi. La quête que nous menons créera un changement majeur dans tout le multivers. Le retour de l'Un ne sera pas sans bouleversements. J'incarne le changement, car je vise la stabilité. Ce changement nous amènera-t-il vers un monde plus proche de celui auquel j'aspire ? Je le crois. Qu'importe si j'ai tort, qu'importe si le Destin des peuples est pour moi dénué de sens. Ou plutôt, au contraire. C'est d'autant plus important pour cette cause. Car je suis, par cela, le mètre-étalon de votre conviction. C'est votre foi qui sera la mienne, mais je serai la première à céder si vous n'y croyez plus. En cela, aucun effort ne vous sera épargné, afin que vous mettiez toute votre énergie dans cette quête. Dyoné y a veillé.

Et ainsi, messagère de la Mort, agent du Chaos, je représente celle qui, si vous l'alimentez de votre foi, de votre conviction et de votre amour, sera capable de canaliser ces forces du changement vers le Destin des peuples. Mais seulement si votre foi est forte, et sincère. Je suis votre meilleure alliée et votre pire ennemie. Je suis une lame mortelle de néant, et je suis une petite fille qui a besoin de l'amour d'un père, d'une mère, du soutien d'amis et de compagnons qui lui font confiance. Je suis votre confidente la plus sincère, et ma langue est plus acérée encore que mes lames. Je suis votre compagnon d'armes, mais je suis votre ombre. Je suis tout cela, et par conséquent, je suis…

…Paradoxe, l'incarnat du Destin.


[Ici s'achève le passage marqué du Voile du mystère. La suite du texte est lisible pour quiconque].

Lihin retrouva l'attitude que vous lui connaissez habituellement. Un sourire, apparemment sincère, gentil, attentionné, peut-être à la fois plus détendu, mais à la fois plus inquiet, paradoxalement…

Chacun, tour à tour, nous autorisa à pénétrer dans son temple, levant le mystère sur son être véritable, qu'il n'appartient pas de décrire ici. Chacun devint un incarnat du Destin, et fut renommé, selon les fondements de son être et des valeurs qu'il incarne.
• Sin devint Liberté
• Elerina devint Courage
• Tora devint Forge
• Erick devint Protecteur
• Je devins Paradoxe

Si nos noms précédents portaient encore quelque valeur de familiarité et de convivialité, leur signification n'était plus au regard du multivers. Seuls restaient les incarnats du Destin, plus liés que jamais et s'offrant mutuellement protection et assistance, face à leur impossible quête…

Reprenant nos investigations au sein des nomades du désert, nous apprîmes que le Shayouloud, celui qui avait ramené l'eau à son peuple, brisé l'immense colonne vertébrale et libéré ceux qui étaient asservis dans le désert, avait quitté la cité.

Nous partîmes alors dans le désert, les liens du Destin nous offrant à chacun les protections mystiques des autres, fort propitiatoires à une traversée sous le zénith pour ce qui me concerne, tournant le cilice de l'astre solaire en un élément véniel (certes, j'exagère, mais vous saisissez l'idée…).

Nous arrivâmes en vue d'une cité abandonnée que Sin avait repérée au cours de ses pérégrinations solitaires, au moment où une tempête de sable se levait et que nous faillîmes être pris à partie par un ver des sables si Tora n'avait éloigné la bête par magie. Le hasard, si c'en est vraiment un, des voies du désert, nous fit rencontrer le Shayouloud, Saulantas. Consacré par nos prédécesseurs, les trois incarnats du Destin, il libéra son peuple du joug du Scorpion, mais sa vision ne s'étendit pas au-delà. Le Scorpion avait asservi son peuple afin de s'emparer du pouvoir situé dans le désert, qui leur donnait leur puissance.

Une partie du peuple libéré partit avec lui jusqu'en Arcadia, notre monde, et y fondèrent le continent appelé Siralla. Les autres, minoritaires, restèrent ici. Saulantas, ancien incarnat du Destin, nous déclara que sa tâche était accomplie, et nous transmit toute la puissance mystique de son ancienne Destinée, qui allait désormais faire partie de la nôtre, se fondant en nous. Seul résidu de son existence, une ancienne dague rouillée plantée dans le sable, chargée de Fatalité à un point tel qu'aucun de nous ne put la porter sans risque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lihin Cen Omen
Scribe des cendres
avatar

Nombre de messages : 336
Date d'inscription : 23/04/2007

Feuille de personnage
Archétype légendaire: Medecin de bataille
Vitalité / Fatigue:
150/150  (150/150)
Citation: Les dieux sont sourds à nos prières depuis peu. Mais leurs servants avaient anticipé et font cela depuis des siècles...

MessageSujet: Re: Les aventures épiques de nos héros   Jeu 8 Avr - 18:39

Part 23 : Dans le désert, personne ne vous entend crier.

Nous vîmes, au loin, décoller un vaisseau battant pavillon Scorpion, et portant le signe de l'Un rajouté plus récemment sur sa coque faite de chitine non naturelle. Il possédait une gigantesque pointe en diamant parfaite pour du forage…
Nous pressâmes le pas vers l'ancienne cité scorpion, qui était notre destination première avant que la tempête ne nous déroute. Nous nous hâtâmes d'autant plus que nous vîmes que le sinueux, le langage du désert, que nous comprenions à présent grâce au leg de Saulantas, était en train de disparaître, comme si la venue du vaisseau Scorpion venait de provoquer son effacement progressif.

Nous arrivâmes en vue d'une pyramide gigantesque, nantie d'une porte en iris fraîchement scellée, et de nombreuses traces. Le code de la serrure, s'il peut nous être utile ultérieurement, semblait coïncider avec l'histoire du Scorpion : voyage, connaissance, commandement, métamorphose, corps.

Sitôt pénétrés dans la pyramide, nous fûmes attaqués par des créatures mi-organiques, mi-métalliques, extrêmement agiles et rapides. Nous finîmes par nous replier dans une salle afin de mieux pouvoir se défendre, et nous nous rendîmes compte qu'il s'agissait d'une sorte de laboratoire étrange, rempli d'immenses cuves pour la plupart brisées, sauf deux, l'une contenant un être humain et l'autre une sorte d'ork. C'est alors que le propriétaire des lieux, qui se présenta comme le professeur Keil Kartan, fit fuir les créatures et nous bloqua le passage dans le même temps. Cet homme (s'il on peut parler ainsi de cet être étrange) possédait un attirail métallique intriguant, comme attaché à son dos, et qui semblait constitué de six bras métalliques extrêmement agiles et précis.
Son but était de créer un être parfait pour s'affranchir des Dieux, comme pour s'approprier leur pouvoir de création. Après des négociations, il accepte de nous laisser passer et de nous remettre le "spécimen" humain du projet Prométhée, qui est le 1er clone de Saulantas, en échange d'un module qui est détenu par les créatures, et plus précisément leur reine, Vorkhala. Ce spécimen, dont tout reste à écrire, comme un être vierge, fut nommé Kismet, car sa Destinée semble pouvoir aller dans n'importe quelle direction, et c'est par le truchement des incarnats du Destin qu'il fut libéré.
Nous avançâmes ainsi plus avant dans la pyramide, Tora détectant la présence des créatures par magie, ce qui nous permit d'en éviter la majorité pour atteindre le cœur de la ruche, là où se trouvait la reine, une immense créature de cauchemar, avec à ses pieds le module recherché. Curieusement, les créatures, qui s'étaient agitées, cessent de nous attaquer et semblent nous "amener" devant un bassin, à côté duquel une créature humanoïde ailée faite de ténèbres se tient : Erin, qui contrôlait en fait la reine. Elle nous dit être une incarnation de la vengeance, le rêve de l'Un. Longtemps, l'Un a rêvé de sa vengeance, qui pour l'Erin était le seul rêve valide, qui représentait tout ce qui existait. À l'instar de la vengeance, le sinueux était le reflet des pensées de l'Un. Le Scorpion est venu et a emmené l'esprit de l'Un, ou tout du moins ce qu'il en restait, ce qui expliquait la disparition du sinueux, car l'esprit de l'Un ne s'exprimait plus en ces lieux. Par conséquent, cet endroit n'est plus une prison, et les créatures menacent de déferler sur le Siralla, détruisant tout sur leur passage.
Mais cette découverte en entraînait une autre : l'Un n'avait pas perdu tout pouvoir de création. Ses rêves se réalisent, l'Erin en était la preuve. La Fatalité n'est pas sa création, mais vient des Dieux, et représente le chemin emprunté par l'Un, la résultante de l'action des Dieux, dont il s'est emparé pour pallier le vide laissé par le pouvoir de Création dont il était dépouillé. Là où une action entraîne un Destin funeste, la Fatalité s'exprime. Elle est la marque de l'avènement de la mort, qui touche les peuples, car la mort a été créée par l'Un, à la demande des Dieux, et c'est elle qui a entraîné Sa chute. Les Dieux pouvaient donner la mort, la fin, y compris à leur père.
Par conséquent, quand l'Un sera réuni, la Fatalité remplacera le Destin, tout s'inversera, le multivers cédera sa place à l'antévers. L'Erin nous montra, par scrutation dans le bassin, ce à quoi ressemble l'antévers, un monde négatif, fantomatique, de non-vie, d'antévie, où tout se délite, tout s'écroule. Le désert est un désert de cendres, les ombres sont grises, les nuages sont des vapeurs toxiques, etc. Et il est doté d'un trône vide pour régnant. Chaque être vivant y a une souffrance dans sa façon de vivre. La douleur est un moyen de survie de l'antévers.

Ceux qui croyaient en ce monde stercoraire étaient légions et étaient en train de se préparer à tout détruire. Celui qui était sur le trône, Elim Draas, revenu parmi les vivants par nos soins, était en train de recruter, car il est le premier adorateur de cet univers.

Ces révélations nous poussèrent tous, moi la première, dans nos retranchements, plus convaincus que jamais qu'il était de notre devoir de faire le maximum pour empêcher cet avènement, à l'opposé de nos croyances, celle d'un monde idéal me concernant et la liberté du destin des peuples pour mes compagnons. Quoi qu'il en fût, nos buts étaient alors communs sans désemparer.

L'armée des créatures dont la reine était à quelques mètres était en fait, nous finîmes par nous en rendre compte, des mutants, des aberrations transformées par les rituels scorpions détournés par Elim Draas. L'armée de Pasifaë était sous nos yeux, prête à répandre son règne de terreur. Keil Kartan était peut-être en capacité de les anéantir, de les empêcher de se répandre sur ce plan et tout détruire, mais il avait pour cela besoin de compléter son second projet. En moi-même, une pensée inavouable naquit : s'il survivait à ces monstres, cet homme pourrait même être encore plus utile dans la lutte contre l'antévers. Il nous avait promis une armée, et cette armée pourrait venir à point nommé dans une guerre multiverselle. Il nous fallait l'aider et se débarrasser de l'armée de la Ténébreuse dans la foulée, l'occasion était trop belle !

Le liquide dans le bassin était le dernier reste, complètement saturé de Fatalité, de l'esprit de l'Un. Il fallait le récupérer et le purifier. Nous proposâmes à l'Erin de la libérer en échange de son assistance contre la reine. Nous décidâmes alors d'un plan audacieux. Dans le même instant, Erick et Elerina attaquèrent de conserve la reine, pendant que Tora érigea un impressionnant mur de flammes pour empêcher les mutants de nous assaillir pendant que Kismet s'empara du module nécessaire au professeur Kartan. Ils eurent le temps de porter deux attaques terribles à la créature, avant que je ne concentre l'essence de mes pouvoirs pour transporter l'ensemble de notre groupe dans le plan de l'ombre. Les attaques d'Elerina et Erick avaient presque occis la reine, mais il s'en fallu de peu. Nous commençâmes à nous éloigner dans le plan de l'ombre avec la précieuse vasque, afin de rejoindre le professeur Kartan.

L'ombre arachnéenne se cambre d'un rictus rageur... et un cri strident et métallique retentit dans toute la structure de l'arcologie...
L'écho résiduel des proies laisse une trace au delà du voile interdit. Les soldats dressent leurs têtes chitineuses, leurs lames dorsales sortent en spasmes synchronisés, faisant grincer le métal le long de leurs vertèbres blindées. L'essaim est furieux, l'essaim exulte...
Les Grands Équarisseurs désignent les glyphes impies avec emphase... La prophétie se réalise, le jour de la grande délivrance est arrivé...
L'essaim se disperse aux ordres mentaux de la souveraine, tandis que les équarisseurs la rejoignent.
Puis... la reine, rageuse, entame la réalité de ses griffes, les effluves de ténèbres parcourent sa chitine comme le placenta protecteur de son berceau natal, ses blessures se referment... Alors que son corps prend une consistance sombre et désincarnée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lihin Cen Omen
Scribe des cendres
avatar

Nombre de messages : 336
Date d'inscription : 23/04/2007

Feuille de personnage
Archétype légendaire: Medecin de bataille
Vitalité / Fatigue:
150/150  (150/150)
Citation: Les dieux sont sourds à nos prières depuis peu. Mais leurs servants avaient anticipé et font cela depuis des siècles...

MessageSujet: Re: Les aventures épiques de nos héros   Jeu 8 Avr - 18:40

(Le passage précédent, ainsi que le suivant, étaient écrits par le MJ et a été intégré dans le journal à l'emplacement approprié)


Part 24 : De Charybde en Sylla, de Siralla en Carcers.

Une bataille stellaire... Un ciel de léviathans, une étoile dans les ténèbres... Alors que les silhouettes fugitives s'éloignent à perdre haleine, les ombres fuligineuses se tordent sous les flux de lumière grandissants.
Le temps s'est arrêté... L'ombre et la lumière se cristallisant dans un alliage spectral impossible...
Elerina n'est plus qu'une étoile irradiante luttant contre l'influence de la nuit éternelle, la porteuse de l'espoir face à l'accoucheuse de la destruction.
Les secondes défilent lentement... Au loin, le murmure du destin se fait entendre. L'ange déploie ses ailes recouvertes d'un chrome incandescent, elle doit tenir encore, elle le doit à ses frères d'armes, elle se le doit... Une volonté pure et effilée comme le tranchant d'une épée s'oppose a la Reine inhumaine.

L'énergie du destin libère une parcelle d'innocence... Et le rêve quelque part s'agite, onde paradoxale. L'écho d'une course lointaine s'efface dans le silence, et la solitude frappe l'ange de plein fouet. Sa lumière vacille telle une étoile mourante, genoux à terre, épuisée.

La griffe déchire le voile... Et la reine rentre triomphalement dans son domaine, les 7 équarrisseurs, horreurs de guerre indescriptibles, l'encerclent à mesure que sa lumière étouffe... Nimbée dans son nouveau corps de gloire ténébreux, la reine inhumaine lance un cri strident de victoire vers les cieux, et une volonté glaciale et absolue lui répond de son silence divin.

Elerina sent la fatalité l'envahir, elle verse une larme.
D'un geste arachnéen et désinvolte, la reine ordonne la curée, les équarrisseurs se précipitent sur elle et... Les secondes se figent.

[Une pensée...] "Tu dois vivre..."

Une force inconnue envahit Elerina : colère, espoir, amour se mêlent à la décharge d'énergie qui l'envahit... L'incroyable quantité d'énergie libérée en quelques fractions de seconde frappe la réalité d'une explosion incandescente de supernova, la rencontre impossible du froid abyssal et du feu sacré vitrifie la réalité spectrale.
Elerina titube et se relève péniblement, elle voit la reine inhumaine et ses guerriers d'élite statufiés par la déflagration, saisis dans leurs derniers assauts... Les silhouettes cauchemardesques s'effritent aux vents spectraux...

"Tu es poussière... Et tu redeviendras poussière"

Elerina, épuisée, se glisse avant que la faille ne se referme, puis s'envole, portée par des vents nouveaux, les vents du destin.

...

Quelque part, aux tréfonds des ténèbres, le silence se couvre d'une froide colère.



Alors que la reine déchira le voile de la réalité, nous crûmes nos derniers instants arrivés, mais Elerina nous sauva tous. Pendant ce temps, je tentais d'atteindre le dôme protégeant ce monde, et qui était constitué de léviathans entremêlés les uns aux autres, une Puissance tentant de pénétrer à l'intérieur de cette barrière. Les croyant créatures de l'ombre, je les sollicitais par mon statut de Sombre, et certains acceptèrent de me venir en aide, mais plus tard, en échange de la liberté que je leur offrais, car il n'y avait plus rien à protéger en ce monde, l'esprit de l'Un en étant parti. La Puissance derrière était bien évidemment Pasifaë, qui tenta d'entrer dans le plan. Nous prîmes alors tous quelques instants pour nous unir et réaliser un rituel, en tant qu'incarnats du Destin, afin de purifier le reste de l'esprit de l'Un. L'eau de la vasque purifiée, l'Erin liée devient purifiée à son tour.

Le temps nous était compté. Nous eûmes à peine le temps de remettre le module à Keil Kartan, qui nous dit de fuir, rapidement, de quitter le plan. Les mutants commençaient en effet à sortir de la pyramide et à se répondre sur le monde, ayant brisé les sceaux de protection. Nous fîmes appel à l'héritage de Saul, maintenant nôtre, pour appeler et chevaucher un ver des sables afin de rejoindre le camp de nomades et les avertir de quitter le plan au plus vite. Mais les mutants étaient déjà sur nous, et Kismet n'eut d'autre choix que de déclencher la bombe préparée par Keil Kartan. Une immense explosion à l'arcologie fut visible à des kilomètres à la ronde, alors que les hommes autour de nous se transformaient en abominations sous l'effet d'un gaz sortant du déclencheur. La voilà, l'armée de Kartan : les habitants de Siralla transformés en monstres, machines de guerre inarrêtables. Plusieurs légions, un peuple entier. Seuls les habitants ayant eu le temps de se réfugier dans le temple étaient saufs. Ils décidèrent de partir pour le Siralla en Arcadia. Moins d'un millier avait échappé au destin peu enviable, mais malheureusement ô combien nécessaire, de l'armée d'abominations.

Elerina, exténuée, sur le point d'accoucher, est emmenée par les passeurs vers un lieu approprié, vers un autre destin. Nous, nous fûmes transportés vers le spelljammer afin de quitter ce plan.

L'erin, en rêve, nous fit alors savoir qu'elle faisait partie du rêve, qui existe quelque part, elle pouvait le sentir. Et dans le rêve résidait l'espoir. Une partie de l'Un que personne ne semblait avoir sentie, en plus du cœur et de l'esprit, que les Dieux n'avaient pas pu dévorer.

Ainsi, pour purifier le rêve corrompu de l'Un, c'est-à-dire l'antévers, il nous fallait le rêve, contenant l'espoir, afin de le rêve rêvé par l'esprit et alimenté par le cœur redevienne rêve.
Si Pasifaë unit le cœur et l'esprit, le rêve corrompu amènera l'antévers. Si le rêve et donc l'espoir, sont unis avant à l'esprit, cette catastrophe sera évitée.

Notre ligne de conduite était limpide à présent : le rêve était un élément incontournable de notre mission. Nous allions devoir compter sur Elerina pour s'occuper de cette partie cruciale de notre quête.


Lors de notre voyage en spelljammer, nous vîmes un navire de guerre attaqué par un galion de métal scorpion portant le signe de l'Un. Les hommes à bord étaient comme des zombies, les yeux cataractés, drogués, et étaient dirigés par un homme en armure de pierre verte, qui semblait les contrôler. Cet homme était un dignitaire du crâne, et était présent dans le rêve du Siralla, lorsque mes compagnons étaient des esclaves. Il était là au moment où l'esprit de l'Un fut corrompu.

Nous nous dirigeâmes vers une immense cage thoracique au milieu d'une plaine sous de lourds nuages : les carcers, là où le frère de Sin était retenu prisonnier. Une faille semblait exister au sein de l'ersatz de champ de contention magique qui entoure la prison, et c'est par là que l'oblitéré, se serait échappé le premier. Des gardiens, anges noirs et démons, étaient présents pour empêcher les prisonniers de s'évader, même si certains des démons gardiens avaient déserté ou disparu, et personne ne savait où ils étaient. Les anges noirs restaient à l'extérieur, tandis que les démons jouaient leur rôle de garde-chiourme à l'intérieur. Des inquisiteurs solaires étaient présents sur les lieux également au moment de notre arrivée. Parmi lesquels Ysrick, évidemment, ainsi que l'homme étrange que j'avais vu avant Sigil, et qui m'avait parlé de la guilde "la plus puissante".
Nous finîmes par pénétrer dans les carcers en prétendant faire une reconnaissance, après avoir obtenu l'autorisation de le faire, et s'être vu octroyés des sceaux permettant d'en sortir. Le passage de la membrane magique est extrêmement désagréable, et de l'autre côté, l'horreur le tutoie aux vicissitudes que les Dieux ont été capables d'infliger à ceux qui les ont défiés : toute personne qui pénètre les carcers devient écorchée, sans peau, à vif en permanence, dans une mascarade sanguinolente de souffrance perpétuelle. Ces sévices semblaient d'autant plus injustes que visiblement, la majorité des prisonniers n'étaient là que pour des peccadilles loin de justifier la mort, moins encore l'incarcération éternelle. Certains n'avaient fait que proférer des insultes, par exemple.

Nous y apprîmes que celui que les prisonniers appelaient le libérateur avait forcément été aidé de l'extérieur, car la membrane ne peut être déchirée de l'intérieur. Aidé par quelqu'un ayant beaucoup de pouvoir. Ces évènements s'étaient déroulés environ un mois auparavant. Le libérateur était un montagnard, et habitait un village à côté d'un grand lac ; il a été bûcheron avant de devenir chasseur, et a perdu un compagnon dans un accident tragique. Ces quelques éléments peuvent paraître dérisoires, mais ils représentaient le peu d'indices dont nous disposions pour identifier celui dont l'oblitération avait été levée par Loriol.

La libération des carcers semblait orchestrée par un groupe de 5 individus envoyés spécifiquement ici, parmi lesquels deux prêtres, probablement de Maadb, la Malédiction, et leur chef, insensible à la douleur et portant les marques de la nouvelle guilde du scorpion d'Elim Draas.
Nous apprîmes également que le départ des démons gardiens surveillant les humains avait fait l'objet d'un accord. Seuls sont restés ceux qui étaient affiliés aux non-humains.

Nous finîmes par trouver un dragon qui accepta de nous guider jusqu'au frère de Sin en échange du cristal de vie de ce dernier, qu'il accepta de donner. La vie infusée dans ce cristal permit au dragon de tenter une sortie par la brèche, qu'il réussit. Mon instinct féminin me dit que nous ne serons pas sans revoir ce dragon… Nous profitâmes de son départ pour récupérer dans son trésor deux objets d'une puissance mystique remarquable, dont le miroir de scrutation du monde des morts, et qui allaient probablement pouvoir nous aider dans notre quête.

Nous quittâmes les carcers, et reprîmes notre route vers Sigil, dernière étape avant le retour en Arcadia. Pour cela, il nous fallait trouver finance afin de payer les services du passage en spelljammer dans notre monde, au tarif prohibitif de dix-mille pièces d'or par tête. Le hasard voulut qu'un tournoi se déroulant là-bas offre en récompense de quoi nous offrir ledit passage, à condition de le remporter, évidemment…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lihin Cen Omen
Scribe des cendres
avatar

Nombre de messages : 336
Date d'inscription : 23/04/2007

Feuille de personnage
Archétype légendaire: Medecin de bataille
Vitalité / Fatigue:
150/150  (150/150)
Citation: Les dieux sont sourds à nos prières depuis peu. Mais leurs servants avaient anticipé et font cela depuis des siècles...

MessageSujet: Re: Les aventures épiques de nos héros   Jeu 8 Avr - 18:42

(extrait du journal d'aldaron)

Nous nous sommes rendus Tora et moi au tournoi de maîtres d'arme, tandis qu'Erick profitait de ce moment pour passer à la questionnette une des personnes nous accompagnant pour le voyage vers Arcadia (jeune scribe de je-sais-pas-qui). Après cet interrogatoire, Erick s'est entretenu avec un légiste pour obtenir des informations sur le règlement exact du combat de l'arène.

Pendant ce temps, Tora menait ses combats dans une autre arène, Celebrimdor ayant été engagé pour la soigner. Convaincue par l'efficacité de mes onguents, elle m'en acheta rapidement trois. Grâce à sa bravoure (et l'aide répétée du destin, mais faut pas le dire), elle parvint jusqu'en finale. Les autres concurrents, quant à eux, étaient tombés face à deux adversaires particulièrement impressionnants:
- un puissant Ork, qui profitait de son armure de plaque et d'un immense pavois le protégeant totalement, et qui usait d'une technique parfaitement rodée: dès que son adversaire heurtait son bouclier, il en profitait pour riposter.
- un maitre d'arme très habile, qui jusqu'à la demi-finale avait vaincu ses adversaires avec une aisance déconcertante, et qui n'avait jusqu'alors jamais été touché par quiconque.

Le combat de cette demi-finale fut éblouissant, l'ork attendant l'attaque pour riposter, et le maitre d'armes le provoquant, ce qui poussa l'ork à l'attaque. Il fut immédiatement contré, et ce n'est que plus énervé encore que l'ork entama la seconde touche. Mais il fut incapable de toucher son adversaire, qui, profitant de sa vitesse, contourna aisément le pavois et frappa l'ork à la jointure de son armure. La troisième touche se termina de la même manière, avec un ork totalement hors de lui, car vaincu, alors que chacune des touches avait à peine fait couler le sang.

La finale fut elle aussi bien difficile, car Tora était affaiblie par ses combats précédents, et devait lutter face à un adversaire d'une force incroyable. Sur les conseils d'Erick, qui nous avait rejoint, elle décida de frappa sur le point faible du maitre d'armes, à savoir sa lame. Malheureusement, son adversaire était trop rapide pour qu'elle parvienne à atteindre sa cible, et elle dut rapidement concéder deux touches. Toutefois, lors de la troisième attaque, elle parvint à esquiver acrobatiquement l'attaque de son adversaire, placant son maul sur la trajectoire de l'arme, et le maitre d'arme, dans son élan, frappa de sa lame le manche du maul de Tora. Au son que fit sa lame, il comprit immédiatement, et, regardant sa lame avec dépit, annonca sa défaite, face à une foule stupéfaite. Tora, se sentant coupable d'avoir ainsi brisé son arme, lui proposa de l'aider à la reforger.

Il nous accompagna donc au gymnase, et ce d'autant plus que nous avions remarqué que certains de ses anciens adversaires semblaient vouloir profiter de son moment de faiblesse pour l'attaquer alors qu'il était désarmé. Il nous accompagna donc au sauna du gymnase, où nous nous relaxions pour nous remettre de nos activités, lorsque nous avons remarqué que deux hommes, armés, le suivait (nous étions restés un peu plus longtemps dans le sauna). Erick est parti à leur poursuite, tandis que Tora utilisait la magie pour en geler un au sol. Les deux hommes vite vaincus, bien que nous ayons été désarmés, nous les confiont à la garde de l'ordre transcendental (ils ont des bains à récurer, après le passage d'Igor...).

Erick, ayant vu les prouesse de ce guerrier, propose à ce dernier de nous servir de garde du corps pour le combat de l'arène. En effet, ces combats se déroulent sur un autre plan que Sigil, et de ce fait, Erick comme Tora craignent l'intervention de puissances extérieures.
Après cela, Erick profite d'un moment à part avec Celebrimdor pour lui demander, avec toute l'amabilité dont il est coutumier, de lui expliquer sa présence à bord du Flèche de Brume (à croire que c'est lui, le capitaine du navire...).

Tora se rend ensuite aux forges de la Garde fatale (elle en a obtenu l'accès via sa victoire au tournoi) pour reforger la lame du maitre d'armes, tandis que Celebrimdor vaque à ses occupations au sein de sa compagnie commerciale. A notre retour au Gymnase, où nous avions laissé Erick entre les mains de dame Rhys, nous retrouvons les lieux saccagés, plusieurs hommes ayant été attaqués, et certains tués, par une créature sauvage. Ne retrouvant pas Erick, et devant la gêne de dame Rhys lorsque nous lui demandons où est ce dernier, Tora décide de le rechercher par magie. Nous le retrouvons alors dans un petit temple, où il est soigné par la jeune scribe précédemment évoquée. Apparemment, Erick aurait été retrouvé nu devant les portes du temple, qui l'aurait secouru. S'en suit une nouvelle discussion entre Tora, Erick et Celebrimdor sur les raisons commerciales de la présence de ce dernier pour un voyage pour Arcadia, et, face à la délicatesse et l'amabilité dont font preuve Tora et Erick, Celebrimdor ne peut résister et leur avoue être en réalité membre d'un ordre druidique, les Préservateurs, et qu'il lutte contre les profanateurs, qui utilisent l'énergie vitale des mondes pour alimenter leurs sortilèges. Il se rend donc sur Arcadia pour observer l'état exact de la trame de ce monde, et agir afin que cette dernière soit à terme restaurée.

Le lendemain matin, nous apprenons que l'harmonium a annoncé une chasse aux créatures dangereuses, suite à la mort de 15 personnes la veille: "tout propriétaire de créature létale ne disposant pas du permis de résidence, se verra dans l'obligation de faire abattre la dite créature, si le propriétaire de la créature n'est pas en mesure de l'abattre par ses propres moyens, la mort rouge y pourvoira." C'est ainsi que l'animal de compagnie de Lihin ne doit sa survie qu'à la fuite, par exemple.

Nous nous préparons pour les combats de l'arène: il s'agit de 8 combats s'enchainant, avec une seule minute d'intervalle entre chaque combat. Pour mener à bien ces combats, Erick envoit Tora chercher diverses armes et armures à la taille d'Igor.
La mort rouge ayant récupéré de nombreux animaux dangereux, elle a décidé que le premier tour se ferait uniquement entre un combattant et une bête sauvage. Afin d'éviter toute intervention extérieure, une pierre magique est aposée sur chaque participant, qui détecte toute intervention magique provenant d'une personne ne possédant pas elle même une pierre. Afin de ne pas être repéré par ces pierres, Erick prend donc possession d'Igor avant que cette dernière ne soit mise en place. Il prend alors le rôle d'entraineur (qui dort...), Celebrimdor étant le soigneur, et le maitre d'arme venant protéger Erick (via une dérogation). Tora, quant à elle, se rend dans les tribunes pour tenter d'influencer sur le public, et favoriser ainsi Erick/Igor.

Au premier tour, Igor se retrouve confronté à une créature. Le portail magique l'envoie sur la montagne du plan du feu, face à une hydre de feu, à 7 têtes. 3 de celles-ci crachent le feu sur Igor, qui, plutot que de fuir, hurle face à la créature, attendant le jet de flamme, qu'il esquive au dernier moment, pour le plus grand plaisir de la foule. Fort de ses connaissances, et des conseils de Celebrimdor, Igor délaisse les têtes de la créature, et s'attaque au torse de cette dernière avec un trident. Après plusieures attaques, Igor parvient à arracher le coeur de la créature, sous les applaudissements du roi du feu. Il en croque alors un morceau, avant même que le roi du feu ne lui en donne la permission.(le roi du feu est en fait le sultan de la montagne incandescente, souverain du plan du feu). Il annonce également au Sultan que l'un de ses compagnons de voyage souhaiterait le rencontrer, et lorsque le Sultan demande le nom de ce compagnon, Igor lui répond: Forge.

Le second tour voit Igor affronter un jeune enfant, qui a au premier tour réussi à dompter sa créature, un tigre à longues dents. Cette fois-ci, Igor se retrouve dans une grande plaine herbeuse, face à l'enfant. Le tigre l'attaque dans son dos, et Erick ressent l'attaque, mais ne parvient à l'esquiver, ne maitrisant pas encore totalement le corps d'Igor. Il se saisit toutefois aisément du tigre, et demande à l'enfant de promettre de ne plus faire attaquer l'animal ("sinon je vais le casser"). Mais l'enfant ment, et profite de la gentillesse d'Igor pour modifier l'animal. Car Igor se rend enfin compte que la réalité n'est pas telle qu'il la perçoit: l'enfant est en fait un petit démon, qui profite de cet instant pour transformer le tigre. Comprenant la situation, Igor se jette sur lui, et se saisit du démon, s'en servant comme d'un bouclier entre lui et le tigre ("si t'as menti, il va te manger..."). A 3 reprises, il fait mordre le démon par le tigre, avant de le reprendre et s'en servir à nouveau comme un bouclier. La 3ème fois, le démon, blessé, parvient à fuir en s'envolant, brisant l'illusion. L'illusion dissipé, les supporters d'Igor se retournent vers lui, alors qu'ils trouvaient ses attaques sur un "enfant" trop violentes. Igor saute et parvient à se saisir une nouvelle fois du démon, qui ne volait pas assez haut. Il profite alors de son saut pour l'écraser au sol en retombant. La foule semble décidée pour la mort du démon, mais Igor le prend sur son genou et lui donne une violente fessée, ce qui fait rire le public et le pousse à laisser le démon en vie.

Igor affronte ensuite un chevalier, qui, arrivant face à lui, fait une grande déclaration. Apparemment, il se serait inscrit au tournoi pour déclarer son amour à sa belle (qui des tribunes, ne peut s'empêcher de pâlir: "mais il est fou..."). Comprenant la situation, et face à un adversaire peu doué, Igor se laisse attaquer volontairement, pour tenter de laisser penser la foule que le chevalier s'est battu honorablement, pour l'épargner. Mais malgré cela, les attaques du jeune homme sont peu spectaculaires. Igor tente alors de l'intimider pour le faire abandonner, et réagir un peu le public qui semble s'endormir. Mais, terrorisé, le chevalier se jette alors à corps perdu dans la bataille, et est bien évidemment vaincu. Ce n'est que difficilement qu'Igor parvient à épargner le chevalier, après avoir poussé sa dame à accepter la demande en mariage du jeune homme, ce qui émeut suffisament la foule.

Vient le tour d'une connaissance, l'ork du tournoi des maîtres d'armes. Celebrimdor connaissant sa technique, pour avoir assisté aux combats de Tora, explique sa tactique à Erick. Le combat est apre, et Igor subit de très nombreuses blessures. La ténébreuse intervient, et emplit de son énergie la lame de l'ork pour vaincre Erick, mais ce dernier parvient à abattre son adversaire, qui ne se relèvera pas.
Pendant ce combat, une dizaine de serpents d'ombre attaquent le corps d'Erick, défendu par notre garde du corps et Celebrimdor. Tora, arrivée en renfort, ne peut que constater les dégâts. Si tous les serpents d'ombre sont vaincus, une dague a été planté dans la jambe d'Erick, et l'énergie négative se déverse en lui. Celebrimdor utilise alors la magie druidique, et neutralise rapidement cette énergie négative dans le corps d'Erick, après quoi il s'occupe d'Igor, qui n'a qu'une minute pour récupérer de ses blessures.

Le combat suivant, le quart de finale, met Igor face à un combattant doté d'une armure dorée. La stratégie de ce combattant se rapproche de celle employé par le finaliste du tournoi des maître d'armes, à savoir un jeu sur la rapidité et la dextérité.(note du mj, la technique du général eldar avait la particularité de provoquer des failles dans la défense pour toucher un point vitale,style différent du dueliste ) Néanmoins, si cette technique semble efficace pour un duel, elle l'est moins pour un combat à mort. De plus, le combattant doré restait un peu moins doué que notre garde du corps, et Igor parvint à le vaincre, lui infligeant de violentes blessures. C'est alors que son gantelet tombé, il tend une main vers Igor, de laquelle on voit un anneau regroupant deux de ses doigts. Il félicite Igor avant de s'effondrer. Son entraineur et médecin viennent le chercher, et nous apprennent qu'il s'agit d'un général de l'armée Eldar, et qu'il risque de ne pas survivre à ses blessures.

La demi-finale oppose Igor à une guerrière berserker, dans un bien piêtre état. Elle vient en effet de faire match nul à la manche précédente avec un Gityanki, et est donc en bien piteux état. Igor la pousse à tout donner, et elle parvient à réjouir suffisament le public pour se voir accorder la vie.

Reste la finale, face à un guerrier portant une armure couleur acier, et qui a vaincu aisément tous ses adversaires, les décapitant tous sans la moindre hésitation, et emportant leurs têtes en trophées. Ce signe nous permet de conclure qu'il s'agit là du vainqueur du tournoi précédent, il y a 40 ans. Tora, comprenant la gravité de la situation, fait passer par Sin un message à Igor: son adversaire serait très probablement un Illithid. Le combat est rapide: Igor décide d'utiliser une arme que Tora lui a ramené, mais lui a conseillé de ne pas se servir. En effet, les armuriers de la garde fatale lui ont confié par erreur un marteau de guerre extrêmement puissant, mais teinté par les puissances souterraines. Erick ressent toutefois une affinité avec ce marteau, et décide de l'utiliser. Dès le premier assaut, il l'abat à deux reprises sur l'illithid, l'enfoncant littéralement dans le sol, et faisant planer un silence de mort dans le public, stupéfait (390 de dégâts en 2 coups, ça pique !). L'illithid se relève toutefois, et utilise ses pouvoirs contre Igor, parvenant à s'insinuer dans son esprit, le duel se poursuivant psychiquement.
Dans l'arène, Igor, libéré de la possession d'Erick par le combat psychique, se débarasse de son armure de plaques, et se jette contre un illithid affaibli. Il l'abat rapidement, alors qu'Erick parvient à vaincre mentalement la créature, et plonge dans son esprit pour y découvrir une information effrayante: l'ensemble de la flotte illithid ferait route pour attaquer une flotte eldar protégeant le monde prison d'Arcadia.

Igor est félicité pour sa victoire, et nous l'arnachons de nouveau avec son armure et ses diverses armes pour la pesée, où nous obtenons ainsi 5 grands coffres remplis de gemmes. Les paris menés sur les combats nous ont également rapporté une coquette somme, le groupe ayant multiplié ses ressources totales par 7 (sans compter les 25 millions en gemmes...). Profitant de la foule amassée, Erick et Tora font une annonce à la foule (et plus particulièrement pour les maitres de factions présents).

Ceci fait, Erick demande à voir le général eldar. Ce dernier a survécu à ses blessures, et accepte de rencontrer Igor et son staff. Il est surpris d'apprendre que la personne qu'il a réellement combattu n'est pas Igor, mais Erick, mais très attentif lorsqu'Erick lui parle de ce qu'il a vu dans l'esprit de l'illithid. Il nous assure qu'il fera ce qui est possible pour que la flotte eldar se mobilise et combatte les illithid. Il nous fournit également un laisser passer pour se rendre en Arcadia. Toutefois, il nous rappelle que ce laisser passer doit rester une mesure d'urgence, et qu'il est possible qu'elle ne fonctionne pas, car il n'est pas le décideur de l'armée eldar.

Avant que nous ne quittions Sigil, Erick propose de recruter deux nouvelles personnes pour l'aventure: le maitre d'arme et la guerrière demi-finaliste. De plus, en allant rendre les armes empruntées à la garde fatale pour Igor, Tora lui offre une arme de son choix. Ce dernier choisit une hache à double lame de bonne facture, que Tora paye sans hésiter 10000po après avoir entendu qu'elle aurait appartenu à quelqu'un du nom de Force.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Maître des cendres
avatar

Nombre de messages : 539
Age : 36
Date d'inscription : 22/04/2007

Feuille de personnage
Archétype légendaire: Barde onirique des questeurs de cendre
Vitalité / Fatigue:
1000/1000  (1000/1000)
Citation: laissez moi vous narrer le terrible et glorieux destin des héros d’acier ...

MessageSujet: Re: Les aventures épiques de nos héros   Ven 8 Oct - 1:06

... Cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iron-resurection.forum2jeux.com
Lihin Cen Omen
Scribe des cendres
avatar

Nombre de messages : 336
Date d'inscription : 23/04/2007

Feuille de personnage
Archétype légendaire: Medecin de bataille
Vitalité / Fatigue:
150/150  (150/150)
Citation: Les dieux sont sourds à nos prières depuis peu. Mais leurs servants avaient anticipé et font cela depuis des siècles...

MessageSujet: Re: Les aventures épiques de nos héros   Ven 8 Oct - 1:14

Part 27 : Home sweet home

Les finances levées par notre victoire retentissante au tournoi nous permirent plus que le paiement d’un simple passage sur le Spelljammer : nous achetâmes le navire. Celui-ci allait, pensions-nous, nous donner un avantage décisif en Arcadia, en accroissant de prou notre célérité et notre manœuvrabilité en ces terres où la bataille finale allait probablement se dérouler, enjeu de toutes les destinées.
Nous pûmes également emmener nos alliés avec nous, ce qui transformait notre petite équipée en véritable force commando, aussi chamarrée qu’affutée. Je crois que le capitaine n’était pas très favorable à la présence du rakshasa à bord. Ce n’est pourtant pas le démon le plus dangereux de notre escouade. Avoir pris possession du corps d’un membre de la Mort Rouge aidait considérablement à lui donner une apparence plus pacifique et rassurante, et la présence à bord d’un membre préalablement inconnu de cette guilde mit immédiatement l’équipage à l’aise… J’étais également accompagnée du Serpent à Plumes d’ombre, et d’une suivante, Kalya, une femme gracile et magnifique d’apparence. D’apparence, car il s’agissait en réalité d’une araignée d’ombre, ancienne suivante de la Tisseuse et qui avait décidé, plus ou moins "incitée" par sa maîtresse, de me suivre. Une visite dans le Palais de la Tisseuse m’avait rapporté plus qu’une suivante : impressionnée par l’histoire des Incarnats, notre histoire, elle avait, en échange de cette distraction inattendue, consenti à me tisser une capeline d’ombre d’apparat. Incomparable, sublime et discrète à la fois, du sur-mesure pour Paradoxe, tissée et ajustée par l’une des plus grandes orfèvres de la broderie dans le multivers.

Mes compagnons n’étaient pas en reste, avec Igor, Livgon le maître d’armes, la guerrière berserkerJ'ai pas les noms, et une femme étrange, page de Laodycée, se prénommant Myriam, qui aurait soigné Erick. Celui-ci se sentant redevable envers elle, il accepta de l’emmener. S’il savait de qui il s’agissait vraiment… J’avoue que cela m’a fait rire, lui qui est si méfiant d’habitude.


Notre voyage fut sans grand évènement, mais grevé par l’impression diffuse et persistante d’une présence, insaisissable, et pourtant ténébreuse. Au 20ème jour, la flotte Illithid fut en vue, directement derrière nous, à quelques heures de vol. Nos mages décidèrent d’accélérer le Spelljammer, intensifiant leur effort et distançant nos poursuivants. Peu avant notre arrivée, nous fûmes arraisonnés par la flotte Eldar, en faction autour d’Arcadia, empêchant tout accès et défendant le plan dans le même temps. L’amiral Vilkhan fut d’une rare insistance pour que nous emmenions à bord cinq de ses hommes afin "de nous escorter" jusqu'en Arcadia et y établir une antenne (ou plutôt, une tête de pont).

Nous passâmes la barrière gigantesque protégeant notre monde, le médaillon utilisé pour tromper les gardiens donnant l'impression que nous sommes des âmes, des morts, qui seules ont le droit de passer afin de rejoindre leur divinité hors de ce plan. Une fois arrivés à terre, de nuit, non loin du royaume des nains, la page Myriam décida de nous quitter sans plus de cérémonie. Bien que suspicieux, nous décidâmes de la laisser partir, une intuition nous indiquant qu'elle aurait un rôle à jouer dans les évènements à venir, et qu'elle n'était pas notre ennemie.

Les membres de l'équipage demandèrent, une fois au sol, à toucher leur solde afin de pouvoir soit la gaspiller, soit la dépenser en filles, alcool et jeux. C'est alors que nous nous rendîmes compte que l'influence ténébreuse venait des pierres précieuses du trésor gagné au tournoi, certaines d'entre elles étant en réalité des œufs d'ombre, éclosant et prenant possession au moindre contact de l'infortuné les tenant, lui conférant un sympathique écho d'aura nécromantique. La guerrière berserker fut possédée, et il fallut plus d'un homme pour la maîtriser, alors que nous décidâmes de redécoller immédiatement pour parcourir le plan jusqu'au terminateur et exposer les œufs au soleil.
Avec célérité, nous dépassâmes la limite entre ombre et lumière et une fois posés en plein jour, nous fîmes monter tous les coffres depuis les soutes par Igor, afin de les déverser sur le pont, exposant un maximum d'œufs à la Justice de Leto. Pendant ce temps, mes alliés d'ombre et moi-même attendîmes les ombres éclosant dans leur plan afin de ne leur y laisser aucune chance. Igor fut possédé par une ombre dans l'opération, mais heureusement, il fut rapidement maîtrisé psychiquement par Erick, n'ayant eu guère que le temps d'abattre la hache de Force sur Tora, et la trancher quasiment en deux par l’occasion.
La bataille eu lieu dans la lumière contre la berserker et Igor possédés, et dans l'ombre contre les servantes de Pasiphaë cherchant à s'enfuir. Le chaos le plus total régnait suite à cette confrontation, le pont partiellement détruit par le coup de hache d'Igor, Tora grièvement blessée, plusieurs milliers de pièces d'or et de joyaux jonchant le pont, éparpillés à plaisir. Mais cette nouvelle bassesse de Pasiphaë aurait pu nous coûter nettement plus lourd, si les milliers d'ombres loyales s'étaient répandues sur ce plan coupé des Dieux. Seules une d'entre elles, une Fille de Pasiphaë, très puissante, réussit à s'enfuir. La seconde Fille de Pasiphaë, qui avait pris possession du corps d’Igor, fut occise dans la bataille/

Au royaume nain, la situation, guère plus avenante, avait évolué en loi martiale, les golems de siège mobilisés, des tourelles de défense rajoutées aux fortifications, et d'autres signes tout aussi engageants, témoins des tentatives toujours plus pressantes des ombres des roches, leur reine, fusionnée avec Angrobe ayant été abattue. Une partie des tunnels, condamnés par les ombres des roches, limitaient l'accès des nains à certaines ressources indispensables, contribuant à aigrir une situation déjà enlisée dans le marasme.
Nous apprîmes, dans la droite ligne des évènements, le décès de Thanin Barbe D'Or, mort de chagrin suite au sort funeste de son fils.

Tout ceci correspondait à l'état général d'Arcadia, saturée de corruption. Aldaron, en rencontrant la seule autre elfe présente dans le plan, appris qu'elle était druidesse, et que le degré de corruption exigeait, pour redonner une chance à la nature, un rituel afin de ramener les élémentaires. En l'état, les graines d'Elerina n'avaient aucune chance de pousser, la nature ayant trop perdu de terrain face à la corruption.

Sur le lieu d'un ancien bosquet druidique, les deux elfes conduisirent alors un rituel qui finit en le sacrifice de l'elfe, son sang servant à alimenter la terre. Les graines purent alors pousser, quasi-immédiatement, donnant des arbres, un bosquet, un bois. Voyant Aldaron faiblir, les Incarnats décidèrent d'influer sur la destinée de son rite, et, se regroupant autour de lui, mirent toutes leurs forces dans le soutien à sa magie. La force combinée du rituel sacrificiel et de la magie du Destin donna suffisamment de force au bois pour s'étendre, et fit d’Aldaron le druide du bosquet. L'influence massive de Destin se lia irrémédiablement à Aldaron, qui devint, dans l'opération, le septième incarnat du Destin, Patience.

Sur le chemin du retour vers la cité naine, nous décidâmes de faire un détour vers un tombeau qui, selon la légende, serait celui d'un prince elfe. Or, la bague enserrant le majeur et l'annulaire que portent certains elfes à la main gauche est le symbole de la perte d'un "doigt" de la main de l'Impératrice, chaque "doigt" étant un Prince de la main de la guerre. La coïncidence était trop troublante pour ne pas éveiller nos soupçons.
Là-bas, le tombeau était ouvert, mais en reconstituant le gisant brisé, le visage ainsi formé nous fut familier à Erick et moi : nous avions déjà vu cet homme, probablement dans l'Empire, vraisemblablement dans la baronnie de Kiverstadt, à Kiveropolis.

Par scrutation, Erick apprit que le prince elfe Elendil est en fait mort-vivant, et qu'il ne se souvenait plus de son identité. Il a appris la nécromancie auprès de Sophet Draas, et est lié d’une manière ou d’une autre au baron d’Aldoran. Il n’est pas notre ennemi. Il n’avait pas été tué par le poison, mais un mort-vivant a tenté de lui voler son éternité, ce qui l’a transformé à son tour en mort-vivant. Nous n’arrivâmes pas à en apprendre plus, mais il est certain que nous devrons approfondir cette question lorsque nous rejoindrons l’empire.

De retour au royaume nain, nous prîmes la résolution de descendre sous le royaume afin d’investiguer les tenants du comportement des ombres des roches. Les Ombres, en fait, bloquaient l’accès au passage menant à Obsidian, devenu leur maître. Nous réussîmes à les convaincre de nous laisser pénétrer dans l’antre du dragon, sur les vestiges de l’ancien palais de Lymsur (cf. part 6). Là, le spectacle qui s’offrit à nos yeux était terrible : Obsidian, fortement touché par la corruption, baignant littéralement dans un liquide noirâtre teinté de Fatalité, était quasiment devenu fou. Pratiquement réduit à l’état de bête primitive, il ne nous reconnut pas, et manqua de peu de nous inonder de Fatalité lorsque nous le rejoignîmes afin de réaliser l’impossible. Nous mîmes quelques secondes à deviser un plan d’action, puis nous unîmes nos forces, en Incarnats que nous étions, afin d’infuser de Destinée les cristaux de vie que nous assemblâmes, afin de faire gober le tout à la bête enragée. La puissance de la magie de vie de nos quatre cristaux combinée à un rituel de Destin mené par cinq incarnats devait réussir à contrecarrer la corruption ayant insidieusement pénétré le dragon d’obsidienne.
Obsidian entra dans une frénésie incontrôlable, au confluent de deux principes antagonistes, et Tora dut ériger un dôme de pierre autour de nous afin de nous protéger de la pluie de roches et de corruption aspergeant toute la salle sous les coups du dragon tempétueux. Je profitais de la promiscuité et l’obscurité offerte par cet abri de fortune pour tenter de tisser des liens plus proches avec Aldaron, mais par ingénuité ou par sottise, l’elfe sembla prendre la méprise comme en étant bien une.
Au bout d’une vingtaine de minutes de méprise sismiquement assistée, nous pûmes ressortir de notre igloo de pierre et vîmes Obsidian, éreinté, mais vivant, ayant recouvré conscience par notre détermination. La corruption, toujours présente en lui, avait été repoussée par notre rituel. Nous apprîmes alors que l’endroit était en contact direct avec l’une des artères menant au cœur de l’Un, et c’était le sang de l’Un, saturé de Fatalité, qui était conduit ici, et dans lequel Obsidian avait baigné.
Aldaron, toujours vaillant (mais non moins sot qu’un instant auparavant ), puisa alors dans sa magie druidique afin de purifier le lieu et établir un nouveau bosquet. Celui-ci, à terme lié au premier, permettrait d’établir un lien entre les bosquets et tisser un maillage de nature apte à lutter contre la corruption. Tenter de faire pousser des arbres sous terre restant au-delà de ma compréhension, je ne m’étalerai pas plus sur le sujet. Après tout, il semblerait qu’il y ait chez moi une incompatibilité druidique…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lihin Cen Omen
Scribe des cendres
avatar

Nombre de messages : 336
Date d'inscription : 23/04/2007

Feuille de personnage
Archétype légendaire: Medecin de bataille
Vitalité / Fatigue:
150/150  (150/150)
Citation: Les dieux sont sourds à nos prières depuis peu. Mais leurs servants avaient anticipé et font cela depuis des siècles...

MessageSujet: Re: Les aventures épiques de nos héros   Ven 8 Oct - 1:15

La suite arrive... Mais c'est plus long car il faut aussi que j'intègre les éléments joués sur le forum, qui sont à droite à gauche...

71 pages de journal de route, je vais bientôt le faire publier... Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tora Thurimson
Champion d'acier
avatar

Nombre de messages : 105
Date d'inscription : 24/04/2007

Feuille de personnage
Archétype légendaire: Géomancienne
Vitalité / Fatigue:
0/0  (0/0)
Citation: ?

MessageSujet: Re: Les aventures épiques de nos héros   Ven 8 Oct - 9:13

J'avoue il faudrait en faire un bouquin de nos aventures. lol!

(juste y introduire ce que je doit écrire, je n'ai pas oublier Mika ^^)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Maître des cendres
avatar

Nombre de messages : 539
Age : 36
Date d'inscription : 22/04/2007

Feuille de personnage
Archétype légendaire: Barde onirique des questeurs de cendre
Vitalité / Fatigue:
1000/1000  (1000/1000)
Citation: laissez moi vous narrer le terrible et glorieux destin des héros d’acier ...

MessageSujet: Re: Les aventures épiques de nos héros   Ven 8 Oct - 15:33

y'a plus qu'a Tora ... ;-)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iron-resurection.forum2jeux.com
Admin
Maître des cendres
avatar

Nombre de messages : 539
Age : 36
Date d'inscription : 22/04/2007

Feuille de personnage
Archétype légendaire: Barde onirique des questeurs de cendre
Vitalité / Fatigue:
1000/1000  (1000/1000)
Citation: laissez moi vous narrer le terrible et glorieux destin des héros d’acier ...

MessageSujet: Re: Les aventures épiques de nos héros   Jeu 8 Déc - 14:15

a quand la suite ?

Cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iron-resurection.forum2jeux.com
Lihin Cen Omen
Scribe des cendres
avatar

Nombre de messages : 336
Date d'inscription : 23/04/2007

Feuille de personnage
Archétype légendaire: Medecin de bataille
Vitalité / Fatigue:
150/150  (150/150)
Citation: Les dieux sont sourds à nos prières depuis peu. Mais leurs servants avaient anticipé et font cela depuis des siècles...

MessageSujet: Re: Les aventures épiques de nos héros   Sam 24 Déc - 21:35

Comme je le disais, après la refonte du forum, et les échanges downtime sur le forum, j'ai plein d'infos en vrac, hors parties, dont je ne suis pas toujours sûr de la chronologie, etc. Ça n'a pas contribué à me motiver. Je m'y remets quand j'ai un peu de temps, par ci par là, mais c'est long.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Maître des cendres
avatar

Nombre de messages : 539
Age : 36
Date d'inscription : 22/04/2007

Feuille de personnage
Archétype légendaire: Barde onirique des questeurs de cendre
Vitalité / Fatigue:
1000/1000  (1000/1000)
Citation: laissez moi vous narrer le terrible et glorieux destin des héros d’acier ...

MessageSujet: Re: Les aventures épiques de nos héros   Lun 26 Déc - 12:01

n'hésite pas a m'envoyer en MP les infos ou tu as un doute de chronologie, je t'aidera du mieux qu'un MJ le puisse :-)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iron-resurection.forum2jeux.com
Admin
Maître des cendres
avatar

Nombre de messages : 539
Age : 36
Date d'inscription : 22/04/2007

Feuille de personnage
Archétype légendaire: Barde onirique des questeurs de cendre
Vitalité / Fatigue:
1000/1000  (1000/1000)
Citation: laissez moi vous narrer le terrible et glorieux destin des héros d’acier ...

MessageSujet: Re: Les aventures épiques de nos héros   Ven 28 Sep - 23:56

Part 28 : "Celui qui a le contrôle du passé a le contrôle du futur. Celui qui a le contrôle du présent a le contrôle du passé"1

Les elfes accompagnant Aldaron étaient en fait une expédition visant à créer une seconde voie d’entrée dans notre plan, via l’antique portail de la bataille des cieux utilisé à l’époque pour faire déferler des légions de démons sur Arcadia.
Ils mirent sur pied une expédition afin d’atteindre le portail, que nous rejoignîmes en cours de route en spelljammer, après avoir réglé quelques détails à la cour des nains. L'expédition fut accompagnée d'une escorte de 50 nains, et fut alimentée par les caisses (désormais vides) du trésor nain, à hauteur de 500 000 pièces d'or de matériaux élémentaires.

Au cours du voyage, nous avertîmes à plusieurs reprises les elfes des précautions à prendre dans l'ouverture du portail. Celui-ci ayant servi à établir une connexion avec les enfers lors de la bataille des cieux, il était très probable qu'une telle voie de communication vers notre monde-prison soit également un enjeu important pour nos ennemis. Pourtant, malgré nos assauts répétés sur le sujet, les ordres de l'impératrice elfe semblaient si injonctifs que les elfes semblèrent sourds à nos mises en gardes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iron-resurection.forum2jeux.com
Admin
Maître des cendres
avatar

Nombre de messages : 539
Age : 36
Date d'inscription : 22/04/2007

Feuille de personnage
Archétype légendaire: Barde onirique des questeurs de cendre
Vitalité / Fatigue:
1000/1000  (1000/1000)
Citation: laissez moi vous narrer le terrible et glorieux destin des héros d’acier ...

MessageSujet: Re: Les aventures épiques de nos héros   Ven 28 Sep - 23:57

Peu avant d'atteindre notre destination, nous vîmes, depuis le pont du spelljammer, une horde d'orks, accompagnés de créatures titanesques et d'une cohorte de morts-vivants, se diriger vers le portail, et qui allait l'atteindre, au plus, une journée plus tard. Nous fîmes hâte et mouillâmes le spelljammer non loin du lieu où le portail était établi, ancré sur un roc recouvert par les glaciers du nord, devant l'antique théâtre de la bataille des cieux, sur la banquise. Là se tenait encore, depuis 300 ans, l'immense cercle de métal qui allait devenir l'enjeu de la bataille à venir. Les troupes débarquèrent rapidement et commencèrent à préparer la défense alors que nous étions préoccupés par un autre danger : la première Fille de Pasiphaë était présente sur les lieux. Par augure, nous apprîmes qu'elle possédait nos compagnons, changeant régulièrement d'hôte afin de tromper notre vigilance.
Afin de la traquer sans éveiller sa vigilance, nous profitâmes du repas pour demander au paladin de tracer un cercle de protection contre le mal autour de la tente principale où nous avions réuni tout le monde pour le repas. La présence de ce cercle nous permit de localiser l'ombre, possédant alors le capitaine Vive-lame. Nous la forçâmes à fuir, et je la suivis, avec quelques compagnons que j'emmenais, ainsi que Kalya et le Quetzalcoatl, dans le plan de l'ombre où elle s'était réfugiée. Malheureusement, la Fille de Pasiphaë, d'une puissance colossale, réussit à nous dominer, alors qu'une nuée d'ombres se précipita vers le cercle de protection érigé par les elfes autour du portail, et commença à l'entamer. Ce n'est que grâce à Sin, ou plutôt Liberté, que je pus me libérer de cette chape, infusée que je fus par la nature de ce qu'il incarne.
Libérée de toute entrave, y compris même celles liées à ma nature, j'occis prestement la créature d'une série de coups ajustés avec une précision infaillible. J'ordonnais alors à la nuée d'ombres, devenue incontrôlée, de m'obéir, afin de cesser ses attaques et pouvoir la retourner contre l'armée qui s'avançait. Poussant ma volonté pour ce faire, je subis l'influence directe de Pasiphaë, et mon rang d'ombre rattrapa mon rang d'incarnat de la Destinée. Je changeais instantanément d'apparence, les racines de mes cheveux brunirent jusqu'à mi-longueur, avant de retrouver leur éclat clair-de-lune puis blond aux pointes, mes yeux devinrent des puits de noirceur, vides comme l'espace, et des larmes noires d'ombre se mirent à couler abondamment, inondant mon visage. Revenant dans le plan physique, je m'écroulais à genoux, en pleurant, tandis que les milliers d'ombre de la nuée s'agenouillèrent en cercle tout autour de moi, me révérant comme leur reine.

Mes compagnons ne prirent pas tout de suite la mesure de ce changement. La troupe d'orks et de morts-vivants arrivait sur nous, et constituait un péril plus immédiat, plus visible. Plus insidieusement, j'étais arrivée à mi-chemin entre l'humanité et l'ombre, sur le tranchant du miroir, qui aurait pu me couper en deux dans l'instant, plus proche que jamais de l'abîme menaçant de l'ombre. Un seul écart à cet instant et je sombrais. Et même ainsi, je n'étais plus tout à fait humaine, je sentais des pulsions monstrueuses et séduisantes, une envie de pouvoir incontrôlée, une avidité et une ambition à la mesure de ma grandeur, celle de la future reine des ombres, et plus encore… Et c'est en me sentant si loin de moi-même, de ce que je suis, en ressentant la perte de la bonté, la gentillesse, la douceur, la candeur et l'innocence, que je me vis déchirée, déchiquetée, destituée d'une partie si bien enfouie et pourtant si cruciale de moi-même, et que je pleurais. Je pleurais en tant qu'ombre, qui ne devrait pas sentir ces choses, car elles ne font pas partie de sa nature, et pourtant, c'est en tant qu'ombre que je mesurais le vide qu'elles laissaient en moi. Et que je mesurais la part d'ambition, d'égocentrisme, de noirceur, avide de le combler, et je pleurais. Je pleurais des larmes d'ombre.

Tora s'approcha de moi, tenant fermement son maul devant elle, prononçant timidement mon nom, comme si elle s'attendait à ce que je lui saute à la gorge. C'est précisément à ce moment que j'aurais eu besoin qu'elle se jette vers moi et qu'elle me prenne dans ses bras, qu'elle me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iron-resurection.forum2jeux.com
Admin
Maître des cendres
avatar

Nombre de messages : 539
Age : 36
Date d'inscription : 22/04/2007

Feuille de personnage
Archétype légendaire: Barde onirique des questeurs de cendre
Vitalité / Fatigue:
1000/1000  (1000/1000)
Citation: laissez moi vous narrer le terrible et glorieux destin des héros d’acier ...

MessageSujet: Re: Les aventures épiques de nos héros   Ven 28 Sep - 23:58

montre que peu importe ce qui m'arrivait, qu'elle serait toujours là pour me soutenir et m'aider.
Je relevais la tête, balayant d'une gifle la petite fille en moi qui avait tant besoin de protection, pour redevenir amèrement, durement, Lihin Cen Omen, celle qui maîtrise, qui domine et qui danse avec les corps, les mots et les âmes. Comme une blessure qui ne se refermera pas car elle n'a pas été soignée à temps, je savais que j'allais garder cette cicatrice plus sûrement que n'importe quelle autre que mon corps avait pu subir. Mais je mesurais l'amertume de la situation, car nous avions une bataille à mener et je n'allais pas abandonner mes compagnons.

La horde était quasiment sur nous, à moins d'une heure. Constituée au tiers de mors-vivants en constituant l'avant-garde, elle était dirigée par un shaman monté sur un brontop chitineux absolument gigantesque, au milieu des troupes, tandis que la cavalerie était constituée de deux immenses scorpions, portant des balistes, et de deux coléoptères volants géants.

Heureusement, Tora avait puisé dans ses ressources pour appeler un esprit de blizzard, harcelant et affaiblissant la horde depuis quelques heures, et d'un esprit du glacier, qui avait érigé une muraille de glace devant une crevasse nous permettant de tenir tel un siège cette position. Ce siège devait être tenu suffisamment de temps pour que les eldars puissent ouvrir le portail vers un de leurs plans, où des troupes attendaient de pouvoir mettre un pied là où tant des leurs avaient été sacrifiés quelques centaines d'années auparavant.

Malgré tous nos avertissements, mais sans grande surprise, la première ouverture du portail par les eldars donne sur un plan infernal duquel diables et démons sortent, avides de faire un carnage dans nos rangs. En toile de fond à ce spectacle, un immense champ de bataille où diables et démons s'entretuent, contre les forces réunies de Tyraslin, le porteur de l'orbe des ténèbres. Nous parvînmes à repousser les quelques créatures démoniaques, dans un combat âpre, et non sans avoir signalé à Tyraslin notre présence de l'autre côté de l'arc-en-ciel du portail, qu'il referma.
La deuxième ouverture du portail, plus surprenante, donna sur un vaisseau illithid où se trouvent des abominations, mais nous pûmes sceller la porte en forme d'iris grâce à la serrure araignée que nous avions récupérée en Siralla (cf. part 23) avant qu'ils n'aient le temps d'attaquer.
Enfin, après ce que nous apprîmes plus tard comme étant des ajustements nécessaires à la calibration du portail, ce dernier s'ouvrit sur un plan où des troupes eldars purent pénétrer, un bataillon à la fois, dans Arcadia afin d'y mener bataille et de tenir le site du portail source de tant d'enjeux. Il allait falloir tenir le temps que d'autres ouvertures du portail puissent permettre l'arrivée de suffisamment de bataillons pour nous permettre de considérer le terrain comme conquis.

La bataille fut terrible. Le mur tint suffisamment pour nous permettre d'éradiquer une partie de l'armée, mais le piège tendu pour faire tomber le brontop dans la mer ne fonctionna pas jusqu'au bout, et c'est […]


A partir d’ici, plusieurs pages semblent avoir été déchirées du journal. Le journal est maculé de sang ou d’une substance plus noire que l’encre par endroits ; l’encre est parfois effacée par l’eau ou peut-être le soleil, et le texte n’est lisible que par bribes, ce qui en rend la compréhension et la cohérence erratiques. Dans plusieurs cas, l’écriture n’est pas celle de
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iron-resurection.forum2jeux.com
Admin
Maître des cendres
avatar

Nombre de messages : 539
Age : 36
Date d'inscription : 22/04/2007

Feuille de personnage
Archétype légendaire: Barde onirique des questeurs de cendre
Vitalité / Fatigue:
1000/1000  (1000/1000)
Citation: laissez moi vous narrer le terrible et glorieux destin des héros d’acier ...

MessageSujet: Re: Les aventures épiques de nos héros   Ven 28 Sep - 23:59

lors de l'expédition. Le commodore a émis la condition expresse que ceux qui seront de l'expédition devront accepter de passer sous son commandement. Seules les personnes qu'il juge réellement de confiance pourront en être.


Le passage suivant est étonnamment bien écrit, de l’écriture à nouveau déliée et harmonieuse de Lihin. Etrangement, il ne contient aucun commentaire de l’intéressée, alors qu’on peut songer que ses pensées devaient être agitées par ce qu’elle a écrit. Les pages sont remarquablement bien conservées de toute trace de souillure, contrairement à la suite du Journal.

Une antique légende, perdue depuis des temps immémoriaux, parlerait d'une manifestation extrêmement rare : les larmes d'ombre.

La légende dit que seul un déchirement d'une puissance incommensurable, incarnant deux principes de puissances dont l'un est l'ombre, à un niveau élevé dans un même individu, peut générer une manifestation étrange : l'individu pleurerait des larmes d'ombre. Cette manifestation, décrite comme passagère, est très recherchée, car les propriétés mystiques des larmes d'ombre seraient uniques. Elles permettraient, utilisées d'une manière appropriée, de créer toutes sortes d'effets très rares. La "manière appropriée" n'est semble-t-il connue de personne, ou alors, ceux qui le savent le gardent jalousement. S'agit-il d'alchimie, de magie spéciale, de rituels particuliers ?

Là où les larmes d'ombre tombent, il est dit qu'elles laissent une empreinte, comme pour rappeler la tragédie et la souffrance de celui qui les pleure. Heureusement, ces manifestations ne durent jamais très longtemps. Dans certains cas, l'individu ne survit pas suffisamment longtemps à la souffrance pour que les larmes s'arrêtent avant qu'il ne succombe.


Une prophétie parle d'un individu, unique, qui pleurerait des larmes d'ombre de manière perpétuelle. Déjà rarissime quand elle est temporaire, une telle manifestation permanente, a été considérée par la plupart des érudits comme fantaisiste. La souffrance serait telle qu'il est impossible que quiconque puisse survivre à un tel traitement.

Voici cependant, pour les archives, la prophétie :

« Celle dont les larmes d'ombre inonderont le visage
Perpétuellement, entre deux mondes sans âge
Sera le fil du miroir tranchant l'univers.
D'un côté du miroir un perpétuel hiver
Et de l'autre seulement quelques signes de chaleur.
Seul l'amour aura voix au chapitre final
pour faire pencher le choix vers un monde meilleur,
Et le choix sera fait, pour le mieux ou le mal.

Les larmes inonderont le miroir et de noir
le teinteront à jamais, opaque infranchissable
Entre ce qui est, des peuples signe d'espoir,
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iron-resurection.forum2jeux.com
Admin
Maître des cendres
avatar

Nombre de messages : 539
Age : 36
Date d'inscription : 22/04/2007

Feuille de personnage
Archétype légendaire: Barde onirique des questeurs de cendre
Vitalité / Fatigue:
1000/1000  (1000/1000)
Citation: laissez moi vous narrer le terrible et glorieux destin des héros d’acier ...

MessageSujet: Re: Les aventures épiques de nos héros   Sam 29 Sep - 0:00

et ce qui ne sera plus, horreur ineffable ».



Des roses de ténèbres purs sont nées des larmes d'ombres... dans la cale du spelljammer !
Leurs boutons sont fermés, elles sont d'une telle densité que la lumière ne les détruit pas.
Il y en a en tout neuf : cinq dans la cale, et quatre dans la cabine d’Aldaron.


Il est difficile d’identifier qui a écrit le passage suivant. Il s’agit peut-être de… Non, c’est peu probable…

Les ombres dansent autours de Lihin... Lui susurrant des promesses, des complaintes et des prières, les ombres tournent autour d'elle avec déférence et crainte.

« sssssssssSSSSS
- Tu as su te montrer forte...
- Tu as invoqué le pouvoir, tu es notre maîtresse, notre reine
- Et nous somme tes serviteurs
- Ne comprends-tu pas ? Tu as su t'opposer à la corruptrice et tu as triomphé,
- Tu es la purification
- Tu es la destruction
- Tu es celle que nous attendions depuis tant d'éons
- Depuis ta naissance
- Et à travers toutes tes renaissances
- Ton sang est ton héritage
- Ton héritage est le pouvoir !
- ... Oui, le pouvoir !
- Mais ton autorité est encore contestée, ô ma reine...
- Tu dois...
- Oui, tu dois défier l'usurpatrice et BRANDIR SON SCEPTRE !

...... Ordonne
et nous obéirons !

sssssssssSSSSssss

... le pouvoir ssss »

Les membres de l'équipage n'osent pas s'approcher de Lihin... Alors qu'elle est sujette à un profond tourment. D'une larme d'ombre tombée au sol jaillit une rose fermée de ténèbres pures.

Les membres d'équipage ne perçoivent que des chuintements incompréhensibles... Il semblerait que seule la destinée qui vous lie à elle vous permette de percevoir ce qui la hante.

Un sourire carnassier se dessine sur les lèvres de Lihin.

« Par le Pouvoir, j'ai la Victoire.
Par la Victoire, je brise mes chaînes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iron-resurection.forum2jeux.com
Admin
Maître des cendres
avatar

Nombre de messages : 539
Age : 36
Date d'inscription : 22/04/2007

Feuille de personnage
Archétype légendaire: Barde onirique des questeurs de cendre
Vitalité / Fatigue:
1000/1000  (1000/1000)
Citation: laissez moi vous narrer le terrible et glorieux destin des héros d’acier ...

MessageSujet: Re: Les aventures épiques de nos héros   Sam 29 Sep - 0:00

L'Ombre me rend libre. »1

Elle se retourne vers Erick, pour jauger sa réaction. Son sourire redevient celui d'une amie, d'une camarade de confiance.

« Si tu protèges mon esprit, c'est toi qui devras résister à l'influence persistance de l'Ombre. Mais la vraie question est : pourquoi le ferais-tu ? »

Avant qu'Erick ne puisse répondre, elle enchaîne :

« Plus je suis forte dans l'Ombre, plus Pasiphaë a d'influence sur moi, mais plus je suis forte et moins elle a de pouvoir. C'est un gambit.
La question est : à vos yeux, chers compagnons, suis-je un pion sacrifiable sur l'autel du salut du multivers ? Ou valorisez-vous plus notre relation, ce que je suis pour vous ? Si je sombre, est-ce le risque encouru, ou la peur de me perdre, qui te fait hésiter ? Le moment venu, serez-vous prêts à tout sacrifier pour me sauver, parce que vous m'aimez ? »
Malgré ses yeux intégralement noirs, Erick sent qu'elle le regarde au plus profond des yeux, et qu'elle le connaît assez bien pour qu'il ait peu de chance de réussir à lui mentir sans qu'elle le repère :
« Est-ce que tu m'aimes, Erick ? »

Pour une fois, Erick marqua un temps d'arrêt avant de répondre. Interroger ses sentiments n'était pas quelque chose qu'il faisait spontanément et un moment de réflexion lui était nécessaire. La réponse vint, franche et nette comme à son habitude

« Si tu penses avoir besoin de me jauger pour savoir qui je suis, libre à toi.

Tu me demandes si je serais prêt à te sacrifier ou si j'ai peur de te perdre : ces questions la ne sont pas pour moi. Tu m'as déjà vu agir, aller au fond de l'enfer pour accomplir ma tâche. Quoi qu'il m'en coûte, je ferai ce que je dois, même si cela signifie ma mort, même si cela signifie ta mort.

Mais si je suis devenu "Protecteur" et non "Guerre" c'est parce qu'il y a des gens que je souhaite protéger, comme toi. Leur nombre est faible. Deux.
Si je les perdais ma quête serait vide de sens.

J'ai décidé de te faire confiance depuis que nous avons entrepris ce voyage et je continuerai à le faire jusqu'à ce que tu me donnes des raisons concrètes de douter. Tu as besoin de mon aide et je te l'apporterai, le reste n'entre pas en ligne de compte.

Quand à savoir si je t'aime... »

Erick prit à nouveau un temps pour répondre et avec une netteté indiscutable, il trancha.
« Oui ».

Il se tourna ensuite vers Tora.
« Tu es ma compagnonne d'arme et mon amie, Tora. Toi aussi, je te défendrai jusqu'au bout. Mais Lihin a besoin de moi, bien plus que toi. Tu n'as pas besoin que je te protège, juste que je sois là. Et j'y serai, toujours ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iron-resurection.forum2jeux.com
Admin
Maître des cendres
avatar

Nombre de messages : 539
Age : 36
Date d'inscription : 22/04/2007

Feuille de personnage
Archétype légendaire: Barde onirique des questeurs de cendre
Vitalité / Fatigue:
1000/1000  (1000/1000)
Citation: laissez moi vous narrer le terrible et glorieux destin des héros d’acier ...

MessageSujet: Re: Les aventures épiques de nos héros   Sam 29 Sep - 0:04

« Heu Lihin je crois qu'il faut que l'on cause toutes les deux. Nan ?? »

Deux yeux d'un noir spatial se tournent vers Tora, elle a l'impression de voir le vide quand elle plonge le regard dedans. Des larmes d'ombre coulent sur les joues de Paradoxe, comme des tatouages mouvants à jamais marqués, lui donnant une allure de détresse et de noblesse à la fois, comme une icône.

Une ombre qui se trouvait là observe quelques secondes avant de disparaître dans un chuintement aigu.

Paradoxe sourit, comme se forçant malgré une souffrance, comme voulant maladroitement te rassurer, te montrer que tout va bien.
Une mèche de cheveux retombe contre sa joue. Alors que le reste de sa chevelure, brune aux racines, vire au lunaire, puis au blond sur la moitié de sa longueur, quelques larmes d'ombre coulent le long de cette mèche, qui en prend aussitôt la couleur, et devient intégralement d'un noir de jais.

« Ma vieille amie. De quoi souhaitais-tu me parler ? »

Après un court moment de réflexion, le regard de Tora se durcit et Lihin sent à travers lui une volonté inébranlable.

« Je souhaite que nous parlions de nous et de nos amours.

J'ai rencontré récemment un jeune nain très, voire trop passionné. Et je voulais savoir si, par hasard, tu avais quelqu’un qui t'attend dans l'Empire humain, à part ta sœur ??

Ça, c'était pour nos amours.

Maintenant parlons de nous.

Je sais que tu ne dirais rien, et je ne te demanderais rien ; toutefois, je tiens à te faire savoir que tu pourras compter sur moi pour t'aider.

Ha oui, autre chose, je n'ai pas peur de toi, même si je devrais. Mais avant que tu ne me mettes au tapis à grand coup de cynisme, Je tiens à te dire ceci :

J'ai longtemps eu peur de mes responsabilités. Ce n'est plus le cas et tu sais pourquoi ? Parce que vous étiez proche de moi, surtout toi, lorsque je me prenais pour un monstre et que je tentais de fuir mes responsabilité avec cette excuse bidon.

Alors tes ombres, tes ambitions, je m'en cogne, c'est clair. La seule chose qui compte pour moi, c'est que tu restes fidèle à toi-même. Et si par hasard, tu te perds en chemin, peu importe lequel. Compte sur moi pour venir te botter les fesses, dussé-je retourner le multivers pour ça.

Voilà, je crois que j'ai fait le tour ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iron-resurection.forum2jeux.com
Admin
Maître des cendres
avatar

Nombre de messages : 539
Age : 36
Date d'inscription : 22/04/2007

Feuille de personnage
Archétype légendaire: Barde onirique des questeurs de cendre
Vitalité / Fatigue:
1000/1000  (1000/1000)
Citation: laissez moi vous narrer le terrible et glorieux destin des héros d’acier ...

MessageSujet: Re: Les aventures épiques de nos héros   Sam 29 Sep - 1:38

Les yeux de Tora s’adoucissent, elle s'approche de Lihin comme une enfant en faute et de ses bras l'enlace tendrement avec un long sourire sur le visage.

« Et si on allait boire un verre ? »

Lihin semble considérer ses premières paroles, comme si elle cherchait dans sa mémoire une information qui n'y figure pas.

"Il y a mon frère, que je dois sauver. Il est en grand danger. Mais sinon, j'ai toujours été seule, et contente de l'être, à l'époque. Pas d'attaches, libre comme l'air. Les amants que j'ai eus étaient des friandises pour un soir, ou des cibles auxquelles j'offrais un moment de plaisir avant une mort rapide.
Personne ne m'attend. Je suis utile, j'ai un rôle, une fonction, comme un outil, mais on n'a jamais eu besoin de moi autrement que par besoin ou devoir. Ça n'a jamais été autrement. En est-il autrement aujourd'hui ?"

Elle essuie du revers de la main les larmes qui coulent, et un très bref instant, il est possible de voir que toutes ne sont pas d'ombre, certaines sont transparentes comme du cristal, noyées au milieu des autres.

Elle semble reprendre calme et maîtrise. "Tu dis que je ne te fais pas peur ? Tu es sûre ? Ça n'est pas l'impression que j'ai eue lorsque je suis revenue du plan des Ombres, la nuée à mes pieds, me révérant comme une princesse. Tu as prononcé mon nom du bout des lèvres, ton maul entre toi et moi, comme si tu t'attendais à ce que je déferle sur vous dans la seconde. La vérité, c'est que je vous fais peur, à tous, et c'est bien compréhensible. Comment pourrait-il en être autrement ?
Je suis contente d'avoir pu t'aider quand tu en avais besoin. Mais ne nous voilons pas la face. Même si tu aimerais qu'il en soit autrement, vous serez tous sur vos gardes, sans jamais savoir si je suis passée de l'autre côté du miroir l'instant précédent. Et c'est ce qui me fera sombrer, à coup sûr, et je vous entraînerai tous dans ma chute. Je le sais.

Je peux compter sur toi pour m'aider ? Es-tu vraiment prête à te laisser aller en ma présence, peux-tu te dire « je ne risque rien avec elle ? » Si c'est vrai, alors, je serai heureuse. J'aurais besoin de le croire. C'est la plus belle chose que tu puisses faire pour moi. Mais si mon cœur en a envie, comme avant, je sais que ça n'est plus possible. C'est un temps révolu".

Quand Tora la prend dans ses bras, Lihin pleure toujours, et une larme tombe sur la chevelure de Tora. Une mèche de cheveux s'assombrit.

Quelque part, au milieu d'Arcadia, deux petites filles rêvent d'un temps où, l'esprit léger, elles étaient entourées de l'amour de leurs amis, de leur famille. Ce temps a-t-il jamais été ?

Autour d'elles, des milliers d'ombres déférentes, à genoux, vénèrent leur future reine...

« Bourrique têtue que tu es », dit Tora en s'essuyant bruyamment le nez qui coulait.

« Ai-je l'air sur mes gardes, là maintenant, alors que nous parlons à cœur ouvert. Tu es et resteras ma précieuse Lihin, un peu manipulatrice. Et malgré les apparences, il me semble que personne d'autre que toi n'ait donné autant de sa personne pour nous sauver d'une
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iron-resurection.forum2jeux.com
Admin
Maître des cendres
avatar

Nombre de messages : 539
Age : 36
Date d'inscription : 22/04/2007

Feuille de personnage
Archétype légendaire: Barde onirique des questeurs de cendre
Vitalité / Fatigue:
1000/1000  (1000/1000)
Citation: laissez moi vous narrer le terrible et glorieux destin des héros d’acier ...

MessageSujet: Re: Les aventures épiques de nos héros   Sam 29 Sep - 1:38

destruction imminente, pas même moi. Comment ne pourrions nous pas te faire confiance, toi qui dans l'ombre, a toujours veillé sur nous ? »

Les yeux de Tora se gonflent de larmes.

« Nos jours heureux ne sont pas révolus, je le refuse, ils sont à venir. Sinon, pourquoi nous battons nous, Lihin ? Pourquoi ? 

- Je... C'est... C'est dur de porter l'espoir de tous les peuples. Certains jours, j'ai juste besoin qu'on m'en donne un peu. C'est très égoïste, j'ai besoin que les autres me renvoient juste un peu du reflet de ce que nous donnons tous sans compter. Alors, quand ils me regardent, si tu savais comme lire la peur dans leurs yeux est insupportable, j'ai envie de les déchiqueter ! C'est comme si je n'avais pas d'existence propre, comme si j'étais juste un catalyseur de ce qu'ils impulsent en moi.

Être rien ni personne, Lihin Cen Omen, est tellement impossible quand on est le chantre du Destin, et en même temps un parangon de la puissance ennemie, c'est... à un double niveau, c'est... , et c'est tellement moi en même temps, Paradoxe. Je sais que je suis impossible avec vous, mais je... c'est ce que je suis, au plus profond de moi, je le sais. Ma place est celle-là, celle dont personne ne voudrait. Je suis le fil du miroir.
...
Merci Tora. Merci ».


Interlude : La voie du Paradoxe, sur le fil du miroir

Extrait d’une conversation avec Tora, un soir au cœur du palais des nains, vue par les yeux de Lihin Cen Omen :

« Cette perle de nacre, enchâssée dans un collier de corail, est d’une telle beauté que je ne me lasse pas de l’admirer. Elle est tellement pure, et belle, j’avoue que je c’est un délice de lire dans les yeux de ceux qui la regardent une admiration qui semble dire « ce bijou est si beau, quelle chance elle a ! ». C’est généralement rapidement escamoté par l’inquiétude mêlée de crainte que suscite mon apparence, mais, c’est une petite seconde de répit tellement apaisante.

Tu veux la voir ? »

Tora sembla un peu surprise, mais accepta, peut-être pour me passer mes manies, ou parce qu’elle savait que ces petits moments entre filles n’avaient pas de prix, qu'ils étaient si importants pour mon bien-être, alors que les larmes d’ombre coulaient encore sur mon visage.

Leur intensité avait diminué, le flot continu inondant mes joues, tels deux traits noirs barrant mon visage, s'était apaisé jusqu'à ne former qu'une petite rigole coulant en permanence, le long de chaque pommette. C'étaient les larmes de quelqu’un qui souffre, dont la douleur est sourde, mais constante, et non plus l’intense supplice permanent dont j'étais victime il y a peu, suite à ma prise de contrôle de la nuée

Je posai la perle sur un disque de nacre que Tora prit entre ses mains, versais un peu d'eau dessus, et Tora y vit alors ce que je n’aurais su partager avec personne, car, aurais-je oublié de
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iron-resurection.forum2jeux.com
Admin
Maître des cendres
avatar

Nombre de messages : 539
Age : 36
Date d'inscription : 22/04/2007

Feuille de personnage
Archétype légendaire: Barde onirique des questeurs de cendre
Vitalité / Fatigue:
1000/1000  (1000/1000)
Citation: laissez moi vous narrer le terrible et glorieux destin des héros d’acier ...

MessageSujet: Re: Les aventures épiques de nos héros   Sam 29 Sep - 1:39

le lui dire, ce bijou de nacre est une perle de mémoire ondine, qui permet d’y déposer des souvenirs qu’on souhaite chérir ou partager.

Devant la cité naine, le désert. Peu avant l’aube, alors que les premiers rayons du soleil sont sur le point de paraître à l’horizon, j’ai revêtu mes habits de bédouine, anticipant la lumière, mais aussi la chaleur à venir, alors que je fais route vers un ensemble de ruines un peu à l’écart. C'est la mode orientale, de grands voiles bouffants offrant un passage à l’air entre les couches de tissu et ma peau nue en dessous, qui commence à absorber la chaleur que le soleil s’apprête à déverser sur le monde. Sous mes pieds, le sable qui s’enfonce demande un effort à chaque pas, mais cette sensation est plaisante, suffisamment ferme pour rendre la marche agréable, mais confiant une sensation de confort comme on s’enfoncerait dans un de ces tapis d'orient si doux.
Dans ces ruines, dont seuls quelques murs émergent encore du sable, elle est là. Elle est tellement belle, à chaque fois que je la vois, je me dis que je n’avais jamais réalisé à quel point elle est sublime.
Elle est méfiante. Elle n’est même pas sûre que ce soit moi. Ma nature a tellement changé, mes cheveux d’un noir de jais s’éclaircissent à mi-longueur avant de recouvrer leur blondeur naturelle, mes yeux pleurent des larmes d’ombre sans discontinuer, ma tourmente est presque palpable. Oui, c’est bien moi, petite sœur.
Elle sait que la voie que j’ai empruntée sans le vouloir vraiment me sera fatale dans un avenir plus ou moins proche, et que c’est un ascendant que notre ennemi a sur moi, pas le contraire. Nous échangeons sur le sujet, mais le débat est rapidement tranché : je ne peux rester telle que je suis, à moins de souhaiter un destin sombre, un destin d’ombre. Mais je suis le fil du miroir, je ne peux sombrer. Nous tombons d'accord.
Elle sort une dague d’orichalque, et tranche habilement les quelques étoffes qui me servaient de vêtements. Les voiles tombent à mes pieds, révélant une peau d’une blancheur virginale et immaculée, exposant mon corps nu au regard du désert. Elle se dépare de sa tenue de la même manière, et c’est au milieu d’un parterre de soieries que nous nous trouvons, entièrement nues en face l’une de l’autre.
Elle plante vigoureusement sa dague en plein milieu de ma poitrine, et c’est par habileté seule que le coup n’est pas fatal. Saisissant ma dague d’obsidienne, je la plante à l'identique, entre ses seins, jusqu’à la garde. La douleur est terrible, insoutenable, elle éclipserait presque le supplice des larmes. Nous nous rapprochons, nous enlaçons, je l’embrasse comme pour la protéger de la souffrance que je viens de lui infliger, enserrant son corps de mes bras et de mes jambes, comme pour lui créer une protection contre tout ce qui pourrait lui faire mal. Nos sangs se mêlent, se mélangent et ne forment plus qu’un. La noirceur parfaite de sa peau d’ébène, contre l’albâtre de mon corps, forme un mélange improbable, un métissage contre-nature. Mes cheveux d’un blond lunaire tranchent contre ses boucles noires, mes mains contre son visage si beau, si lisse, mes cuisses enserrant son torse si fin et musclé, ses bras noirs contre mon dos blanc, au milieu de voiles de couleurs chamarrées, alors que le soleil rasant de l’aube est seul témoin de notre union.
Ce soleil ne me brûle pas. Il ne me brûle plus. Je peux sentir sa douce chaleur dorer ma peau exposée à ses rayons, comme une caresse. Les yeux déjà si noirs de ma sœur, notre seul point commun, semblent à présent comme obscurcis d'un léger voile. Une mèche de cheveux d’un blond presque blanc vient effleurer sa joue, seules quelques mèches restent teintées de brun là où les larmes d’ombre ont coulé. Elles coulent encore, juste assez pour encadrer mon visage, le souligner sans le ternir.
Elle est désormais un peu de ce que j’étais, je suis à présent un peu de ce qu’elle est, et à jamais, nous sommes liées, nos âmes unies. Pour moi. Pour me sauver, elle a pris sur elle ce que je ne pouvais subir sans risquer de choir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iron-resurection.forum2jeux.com
Admin
Maître des cendres
avatar

Nombre de messages : 539
Age : 36
Date d'inscription : 22/04/2007

Feuille de personnage
Archétype légendaire: Barde onirique des questeurs de cendre
Vitalité / Fatigue:
1000/1000  (1000/1000)
Citation: laissez moi vous narrer le terrible et glorieux destin des héros d’acier ...

MessageSujet: Re: Les aventures épiques de nos héros   Sam 29 Sep - 1:39

Je crois que j’ai pleuré à ce moment, plus que des larmes d'ombre, je m’en suis voulu de ce que je lui infligeais. Son étreinte ne s’est pas relâchée, je me suis agrippée à elle car il faut tant d’amour pour accepter un tel fardeau.
Nos corps nus, à présent paisibles, allongés sur les lambeaux de nos vêtements, sont un spectacle d’une esthétique sublime. La douce lumière dorée du matin semble jouer avec nos couleurs, hâlant mon teint et jouant avec sa peau parfaite dans des tons d’un noir magnifique.
Je n’ai pas cessé de l’étreindre, mes mains jouant contre ses cheveux pleins de boucles folles, mes bras contre sa chaleur, ses mains le long de mes cuisses, nos ventres en contact. C’est tellement beau, je ne peux pas m’empêcher de l’aimer. Nos bouches se joignent, ses lèvres pleines rencontrent les miennes dans un baiser enflammé. Je ferme les yeux pour mieux sentir la caresse de ses mains contre ma peau, griffant légèrement mon dos, tandis que j’aventure les miennes contre ses fesses si bien formées, affermissant notre étreinte, rapprochant nos intimités. Je sens une douce chaleur naître au creux de mon ventre, tandis que la pointe de ses seins vient caresser les miens dans un mouvement qui me rend folle. Sans que je m’en rende compte, nos bassins ondulent en rythme, et la chaleur des rayons du soleil sur la peau augmente la température d’un cran, faisant naître une moiteur sur ma peau si blanche, sur la sienne si noire. Nos respirations se mêlent à l’unisson, le goût de sa peau que ma langue parcourt avidement me fait la désirer avec une telle ardeur, tandis que ses jambes noires enlacent mon dos, que mes mains parcourent son corps. Notre étreinte est sublime, passionnée, fougueuse, nos corps s’entremêlent alors que je lis dans ses yeux l’extase qui nous envahit, une vague de plaisir nous submerge, nous culminons ensemble dans ce plaisir et cette plénitude avant que nos corps ne retombent, épuisés, et apaisés.
Nos respirations, parfaitement synchrones, s’apaisent peu à peu, étendues l’une sur l’autre, et mon sourire répond au sien. « Je t’aime, petite sœur ». Notre harmonie de couleurs est si belle, elle si noire, moi si blanche, et tout le contraire en même temps, on croirait une gravure, un tableau, une œuvre de maître.

« Et comment vais-je faire pour cacher cette blessure intrigante à mes compagnons ? » lui demandé-je avec un sourire complice, contemplant les griffures dans mon dos.

J’ai gardé sa dague d’orichalque. Elle a gardé ma dague d’obsidienne. Désormais, nous sommes liées.

Alors que je retournais, en tenue d’Eve, vers la cité naine, je vis Kalya qui me rejoignit, signe qu’elle avait probablement assisté à la scène. Mon corps s’était repu de la chaleur du soleil, et il était temps de revenir à la réalité de la situation. Elle me signifia son respect par une révérence, avant de me tendre ma capeline royale en dentelle d’ombre. Je la revêtis et redevins Lihin Cen Omen, la Sombre incarnat du Destin. Pourtant, quelques mèches en bataille et un sourire de contentement ornaient encore mon visage, unique vestige de ce moment si beau que le vent du désert faisait déjà disparaître de la surface du sable des ruines.


Tora, à présent rouge comme une pivoine, et avec une pointe de jalousie dans les yeux, me rendit la perle avec empressement. Je ne pus m’empêcher d’avoir ce sourire satisfait, comme lorsque enfant, j'avais réussi à embarrasser quelqu'un. Pourtant, c’est de la tendresse que Tora aurait pu lire dans mon regard si elle avait voulu le croiser à ce moment, car il n’y a qu’avec toi, mon amie, que je peux partager les moments heureux de ma vie comme ceux-là. Quand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iron-resurection.forum2jeux.com
Admin
Maître des cendres
avatar

Nombre de messages : 539
Age : 36
Date d'inscription : 22/04/2007

Feuille de personnage
Archétype légendaire: Barde onirique des questeurs de cendre
Vitalité / Fatigue:
1000/1000  (1000/1000)
Citation: laissez moi vous narrer le terrible et glorieux destin des héros d’acier ...

MessageSujet: Re: Les aventures épiques de nos héros   Sam 29 Sep - 1:39

ceux qui m’aiment m’entourent, me protègent, et donnent tant d’eux-mêmes que leur sacrifice m’inspire foi, et espoir.

« Tu crois que je devrais la montrer à Erick et Aldaron ? »


Part 29 : [titre illisible]

[…]
L'épisode du retour de la bataille du portail avait resserré mes liens avec les autres Incarnats, comme si ce qui nous reliait était devenu plus puissant... Un lien empathique et inconscient dont j'ignorais l'étendue et dont j'en étais la plus consciente depuis peu.
Mais la sensation de maîtrise se brouille, les perceptions à la limite du voyeurisme empathique s'amenuisent quelque peu...
Ce lien s'est ensuite brisé avec Eric, comme s'il m'était désormais interdit, comme si un voile opaque nous séparait.
Un sentiment irrationnel de frustration me taraude, mais est-ce bien mon sentiment ?


Lihin semble préoccupée de plus en plus, ses notes sont résumées à leur plus simple expression, sans application, sur des parchemins pliés mis en pagaille au milieu des pages du journal.

Allons en bateau avec les eldars vers palais.
Le commodore a les mains liées, selon ses propres termes.

Attaque d'ondins corrompus, une cinquantaine. Erick en massacre une vingtaine à lui tout seul. Druide sur le kraken, tombé sous mes lames, précis mais sale (excision des bras).
Pertes : 20 chez les eldars.

Au moment de débarquer, plage infestée de morts-vivants, repérés alors que le Prince part incognito avec des explorateurs en mission. Je fais ma belle en sautant d'embarcation en embarcation pour prévenir les explorateurs. Le fait que le Prince parte malgré tout inquiète fortement le commodore qui n'avait pas réalisé qu'il s'agissait du Prince.

Les palais sont repérés, le spelljammer largue des troupes sur les palais directement pour éviter les morts-vivants.

Au cours de l'exploration des palais, avec les eldars, nous trouvons une carte d'argile avec des indications de lairs des dragons (de Kroryn et Obsidian notamment), ainsi qu'un carnet donnant des indications de 5 autres points : un en Siralla, un dans l'Empire humain, et d'autres encore. Tous les lairs de dragons semblent liés.

Résumé des infos obtenues :
Obsidian nous indique que les dragons sont des gardiens, comme Kroryn.

Histoire d'Elendil. A envahi les elfes il y a 500 ans, puis volonté de contrôle maritime et recherche des temples ondins où gémissements se faisaient entendre. Il cherchait à libérer ce qui gémit, mais n'a pas réussi à s'y rendre. Le Prince cherche la même chose qu'Elendil à l'époque. Ce qui gémit est protégé par le Voile du mystère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iron-resurection.forum2jeux.com
Admin
Maître des cendres
avatar

Nombre de messages : 539
Age : 36
Date d'inscription : 22/04/2007

Feuille de personnage
Archétype légendaire: Barde onirique des questeurs de cendre
Vitalité / Fatigue:
1000/1000  (1000/1000)
Citation: laissez moi vous narrer le terrible et glorieux destin des héros d’acier ...

MessageSujet: Re: Les aventures épiques de nos héros   Sam 29 Sep - 1:40

e qui gémit est lié aux Orhadrims et aux Valars, un Orhadrim aurait prévenu les Valars d'une attaque des Orhadrims. Les Valars sont le peuple à l'origine des Eldars. Il ne reste qu'un seul Orhadrim, celui qui a trahi son peuple pour prévenir les Valars.
Nous apprenons que Kroryn est le gardien qui a empêché Elendil de libérer l'Orhadrim.


Via le miroir d'Eurynome, nous scrutons le royaume des morts, et donnons un octroi de Destin à un fantôme afin qu'il aille trouver Eurynome que nous avons besoin de voir.
Essayer obtenir de la Mort un orbe pour contrecarre l’influence de Pasiphaë sur Arcadia.

Sept entités sont sorties de l'Antévers.

Arcadia semble être au centre de toutes les attentions : ce pourrait être le monde où les Dieux sont nés, et où se trouve la Mort. L'Orhadrim pourrait être le fils de la Mort.


Part 30 : Ork sweet Ork

Royaume nain attaqué par orks corrompus et morts-vivants guidés par un chef sous la bannière de la Vierge des Batailles. Elerina est de retour, elle est passée par le portail.

Eclaireurs orks non loin des frontières naines. Trouvons des traqueurs orks qui en pourchassent un autre. Il sert un shaman ayant refusé de boire le sang des ombres. Nous demande de l'aide.
Culte de la flamme d'Ibaaboth accepte d'aider l'effort de guerre si ont leur place officielle dans la cité naine.
Expédition au camp ork, libération du shaman. Libérons le frère Tylus, dans la cage à côté.

C'est Elerina qui a mis le frère Tylus en cage, car il est vecteur de plusieurs malédictions. Elerina a pris son sang.

Tylus saute du spelljammer, son sang corrompt tout ce qu'il touche. Nous tentons de le stopper (bourrasque magique, flèches), mais rien ne peut le tuer, son corps se recompose toujours, et il souffre en permanence. Sûr de sa suprématie, et invincible, il nous met face au constat qu'il est inarrêtable. Tora conjure les Éléments directement (pas des élémentaires, mais les Éléments eux-mêmes) et nous l'assistons par un rituel des Incarnats. Tylus est enfermé dans l'éther (synthèse des éléments) et emmené au loin par les Éléments, et il comprend qu'il est alors condamné à souffrir de sa condition pour toujours. Afin d'éviter que les Éléments ne soient corrompus, Tora prend la corruption sur elle, mais elle est incapable de tout absorber, et Shanice, Erick et moi partageons ce fardeau pour la sauver. Environ un cinquième de notre sang est corrompu. Erick, afin d'éviter que la corruption atteigne notre esprit, utilise ses pouvoirs mentaux, et Aldaron la met en stase afin qu'elle n'évolue pas en nous.

Résumé des infos obtenues :
Petite séance d'explication par le frère Tylus qui n'est pas avare de paroles :
A eu une vision de l'oblitéré, qui a pour mission de détruire les Dieux. C'est lui qui choisira ce qui arrivera aux Dieux une fois que l'Un sera revenu.
Profanation des temples faite par l'héritier des Kiverstadt. Les Dieux ont mis des verrous (temples) pour empêcher quelqu'un de partir (cœur de l'Un ? Mort ?). Tylus était gardien de
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iron-resurection.forum2jeux.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les aventures épiques de nos héros   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les aventures épiques de nos héros
Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les aventures de Tom Bombadil
» Les aventures de Lena & Fee
» Étranges aventures dans un bain [Rafa'][Un obscur jour de 1622]
» Les aventures de Petit Lys et Petite Pensée
» [UploadHero] Les Aventures de Rabbi Jacob [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Iron-resurection :: Chroniques des héros d'acier :: Journal de route-
Sauter vers: